26 Déc

Critique : La Trilogie du Magicien Noir (tome 1) – Trudy Canavan

Trudi Canavan
La Guilde des Magiciens
La Trilogie du Magicien Noir
Tome 1

la-guilde-des-magiciensQuart de couverture :

Cette jeune fille est plus puissante que la moyenne de nos élèves, peut-être même plus que nos mages ! Elle est un danger. Il faut la trouver et l’arrêter. Si c’est une renégate, la loi nous oblige à l’amener devant le roi. Sinon, nous sommes tenus de lui enseigner le Contrôle. C’est encore une enfant,
probablement une voleuse ! Mais elle pourrait devenir une grande magicienne…
Comme chaque année, les magiciens d’Imardin se réunissent pour nettoyer la ville des indésirables. Protégés par un bouclier magique, ils avancent sans crainte au milieu des vagabonds, des orphelins et autres malandrins qui les haïssent. Soudain, une jeune fille ivre de colère leur jette une pierre… qui traverse sans effort le bouclier magique dans un éclair bleu et assomme l’un des mages. Ce que la Guilde des magiciens redoutait depuis si longtemps est arrivé : une magicienne inexpérimentée est en liberté dans les rues ! Il faut la retrouver avant que son pouvoir incontrôlé la détruise elle-même, et toute la ville avec elle. La traque commence…

Bien qu’il s’agisse d’un livre destiné aux adolescents et jeunes adultes, je dois bien avouer que je me suis retrouvée prise au piège de cette intrigue, tout comme Sonea. L’écriture est fluide et facile à assimiler. Nous sommes loin de la plume de J.R.R. Tolkien, qui m’avait lassée à l’époque (je parle bien ici de sa plume, pas de ses histoires et intrigues), de la complexité technique de la Trilogie de Mars de Kim Stanley Robinson ou encore du développement hyper détaillé du monde et des intrigues politiques du Trône de Fer de Georges R.R. Martin. Non, ici l’écriture ne risque pas de vous faire mal au crâne, sans pour autant être simpliste loin de là !

Dans ce premier tome, l’intrigue reste « linéaire », si je peux m’exprimer ainsi. Sonea est pourchassée par la Guilde des Mages et fait tout, jusqu’à s’allier aux voleurs, pour leur échapper. Va-t-elle réussir ? Va-t-elle accepter l’offre des mages qui lui proposent de lui apprendre à se maitriser ? Ce premier tome se résume à cela, bien que d’autres questions mineures entrent évidemment en ligne de compte. Apparemment les deux tomes suivants recèlent de plus de complexité que celui-ci, mais ce sont des ondit que je n’ai pas encore eu l’occasion de vérifier.

Pour ma part, je me suis prise d’affection assez vite pour cette bande de fripouilles des bas-quartiers, et même de certains mages. La rivalité riches-pauvres est omniprésente et est finalement LE sujet de ce livre, enrobé d’un peu de magie et le tout dans un monde imaginaire, évidemment.
Ce livre, qualifié de Fantasy, fait partie de ce genre uniquement grâce à la Guilde des mages. Vous n’y verrez pas monstres, fées et lutins. Nul elfe ni troll et encore moins d’orcs et autres créatures déjà vues et revues par la plupart des écrivains de ce style. C’est peut-être également cela qui m’a plu. De la Fantasy simple et neuve. Au niveau de la magie en elle-même, nous sommes loin des livres tirés de jeux vidéo qui parlent de « mana », « boule de feu », « niveau » et autres facilités du genre. La magie de ce monde est un don qui se développe seul mais qu’il faut apprendre à maîtriser sous peine de se détruire soi-même avec
tout ce qui nous entoure. Voila pourquoi les mages veulent retrouver Sonea… entre-autre.

C’est un livre que je conseillerais à toute personne qui désire découvrir la Fantasy sans entrer dans un monde trop complexe d’un coup. Tout ado devrait y trouver son compte mais les adultes qui aiment encore s’évader sans trop se prendre la tête également.
Le point noir de ce premier tome est pour moi le développement des personnages qui laisse un peu à désirer. Cependant, certaines portes ouvertes laissent supposer que les tomes suivants combleront ce vide.

Un bon 15/20 s’impose, selon moi. ;-)

Laisser un commentaire