16 Avr

Les contes du Grand Veneur – Romain Billot

les-contes-du-grand-veneur

Les contes du Grand Veneur : quart de couverture

Les bois du Grand Veneur passent pour un lieu hanté, entouré de sombres légendes et de phénomènes étranges… Cet endroit terrorise et fascine les enfants du village de Malcombe qui n’hésiteront pas à visiter le sinistre manoir des Von Strasser, l’inquiétante masure de Lady Crowley, la Source aux fées ainsi que les ruines qui jalonnent cette forêt pleine de spectres et de créatures monstrueuses…

Il s’adresse à tous les sales mômes à l’imagination débordante et aux amoureux du surnaturel… Poursuivre la lecture

12 Jan

Le visage de la bête (Romain Billot)

Alice s’est enfin décidée à fuir. A fuir l’homme qui la maltraite, qui la blesse moralement et physiquement. Mais la longue route qui la sépare du premier hameau est couverte de neige. Elle perd le contrôle de sa voiture qui chute sur le bas-côté. Le véhicule à présent inutilisable, Alice se voit contrainte de continuer à pied. Mais le souvenir de la bête qui l’a poursuivie dans son enfance ne cesse de s’imposer à sa vision…

Nouvelle signée Romain Billot et estampillée Prix Merlin 2012, j’avais promis de la lire, c’est à présent chose faite !

Nouvelle bien construite et qui se lit rapidement. La compassion pour Alice est très vite remplacée par une angoisse grandissante.

Le visage de la bête porte très bien son nom. D’Eric, Alice ou le monstre qui rode, on se demande finalement quel visage a la véritable bête.

Romain aime le fantastique, l’épouvante et le gore. Voilà qui est ici très bien représenté ! Et pourtant, la nouvelle se termine tout de même sur une note positive. Que demander de plus ?

Nouvelle disponible gratuitement à la lecture sur le blog de Romain.

challenge francofouJLNN du dimanche

11 Sep

Nous sommes le crépuscule, par Romain Billot

Résumé :

La Grande Faucheuse a fait son travail. Tout le monde est mort… ou presque. Les cadavres se sont réanimés sous les yeux ébahis de Martin, le dernier être vivant. Chaque nouvelle journée est devenue un rituel consacré à sa survie, et chaque soir, un autre rituel prend place pour se souvenir de son ancien monde.

Romain Billot, auteur fossoyeur de rêves, écrivain dit « de mauvais genres », a déjà été chroniqué sur ce blog pour sa nouvelle « Le sang des aïeux » parue dans le webzine l’Imaginarius « Histoires de bêtes féroces« . Poursuivre la lecture