2 Sep

Un étranger en Olondre (Sofia Samatar)

olondre« Un étranger en Olondre » : quart de couverture

Jevick est le fils du plus riche marchand de poivre de Tyom. Bercé toute sa vie par les légendes et les contes de la lointaine Olondre, un pays où les livres sont aussi communs qu’ils sont rares sur son île, il touche enfin, à la mort de son père, au bonheur de visiter cette contrée magique et emplie de bibliothèques afin d’y perpétuer le commerce familial.

Ses désirs semblent comblés jusqu’à ce que, au lendemain du rabelaisien Festival des Oiseaux, qui rythme la vie religieuse en Olondre, il se découvre hanté par un ange.

Après avoir été emprisonné, Jevick est contraint de chercher de l’aide auprès des prêtres et des savants olondriens. Mais il lui apparait rapidement qu’il est devenu un enjeu capital dans la lutte sans merci que se livrent les deux principales religions olondriennes.

Dans un pays au bord de la guerre civile, Jevick devra comprendre ce que veut son ange et traverser tout un continent pour retrouver sa liberté. Poursuivre la lecture

6 Oct

Seigneurs de Lumière (Roger Zelazny)

Mondialement connu pour sa saga d’Ambre, Roger Zelazny ne s’est pas contenté de réinventer la mythologie celtique, comme le prouvent brillamment les trois romans au sommaire de ce volume, tous proposés dans des traductions révisées. Dans Seigneur de lumière (prix Hugo 1968), sans doute son roman le plus ambitieux, Zelazny revisite le panthéon hindou ert replace la quête mystique de Siddhartha sur une planète extraterrestre dirigée par une caste d’immortels. Dans Royaumes d’ombre et de lumière, il décrit loin dans le futur la lutte d’Osiris et Anubis,la vengeance d’Horus et les visions d’apocalypse d’Isis. Dans L’Œil de Chat, un de ses romans les plus sous-estimés, il lance un pisteur navajo à la poursuite de la plus dangereuse des créatures intelligentes – Chat – un extraterrestre télépathe capable de changer de forme à volonté.

Détails techniques :

Editions Denoël, collection Lunes d’encre
Pages : 787 au total (815 en comptant la bibliographie)
Prix : 29€ (mais vous avez 3 romans dedans)
Les titres : « Seigneur de lumière », « Royaumes d’Ombre et de Lumière », « L’Oeil de Chat ».

Avant-propos :

On m’a conseillé de lire « Seigneur de Lumière » il y a bien longtemps (à peu près 10 ans). Ce n’est que dernièrement que je l’ai commandé (et lu), suite à l’anniversaire de Lunes d’encre (15 bougies !), au travers de cette intégrale « Seigneurs de Lumière » (au pluriel ici). En effet, le challenge « 15 ans, 15 blogs » a été lancé :

Une seule règle pour les participants : ils devront publier en octobre 2014 (entre le mercredi premier et le vendredi 31) un billet sur un auteur Lunes d’encre dont ils n’ont jamais parlé dans les colonnes de leur blog (le ou les ouvrages devront être disponibles, c’est la seconde contrainte) et ils recevront alors en cadeau Trois oboles pour Charon de Franck Ferric.

C’était l’occasion ! Poursuivre la lecture

14 Août

Deuxième personne du singulier (Daryl Gregory)

Deuxième personne du singulier de Daryl GREGORYAdolescente américaine sans histoire, Thérèse est morte voici deux ans d’une overdose de Z. Z comme zombie ou Z comme zen : c’est là une drogue qui fait davantage qu’altérer la conscience, en l’oblitérant. Définitivement en cas d’abus. Physiquement, Thérèse n’est pas morte. Elle n’est juste plus cette personne que les autres persistent à appeler Thérèse.

Prix Asimov’s des lecteurs 2006 « Novelette »
Nouvelle GRATUITE (en août 2014) au format numérique
Éditions Le Bélial
33 pages
A télécharger ici (epub, mobi, PDF : sans DRM)

Pour une fois, ce n’est pas de la SFFF. Hormis si l’on considère cette drogue Z comme étant de l’imaginaire (puisqu’elle n’existe pas). Il s’agit plutôt d’un questionnement sur ce qu’est notre conscience, ou notre âme. Que se passerait-il s’il était possible de distinguer notre « moi » (la conscience, donc) de notre cerveau et de ses ordres chimiques et électriques ?

C’est ce que fait la drogue Z. On ne meurt pas d’une overdose, pas physiquement. Seule notre conscience s’éteint pour laisser place à… à quoi, au juste ?

Daryl Gregory vogue entre science neuronale, christianisme et bouddhisme. La vie après la mort, le karma, la résurrection… est-ce là ce que Thérèse cherchait ? Car désormais, lorsqu’on utilise la deuxième personne du singulier pour lui adresser la parole, la pauvre fille ne sait plus si on s’adresse à Thérèse ou à Terry.

Une intrigue brillamment menée à travers le brouillard du cerveau humain.

3 Mai

Blood Song – tome 1 (Anthony Ryan)

Blood Song nous livre le récit d’un guerrier qui aurait dû succéder à son père, la Main du Roi. Or, promis à un autre destin, Vaelin Al Sorna connaîtra dès l’enfance la vie rude d’un combattant de la Foi, lui qui n’a désormais d’autre famille que l’Ordre qui l’a recueilli dans ses rangs. Il y a un prix à payer pour tout, apprend Vaelin : pour sortir vainqueur des épreuves successives qu’on lui impose, à lui et à ses frères d’armes. Pour être mêlé aux secrètes luttes de pouvoir, et aux desseins cachés des souverains qui créent les royaumes d’une main pour mieux les détruire de l’autre. Pour devenir l’espoir flamboyant de toute une génération, et survivre au versant sombre de l’honneur.

Editions Bragelonne
Sortie le 18 juin 2014
Prix grand format : 23 €
Environs 660 pages
Fantasy

J’ai reçu avec grand plaisir les épreuves non corrigées (et ça se voit) de Blood Song grâce à Babelio et son mass critique « privé ». Ce fut une belle découverte !

Blood Song est le premier roman d’Anthony Ryan. Ce n’est ici que le premier tome mais je n’ai aucune idée du nombre de volumes qui sont prévus au total. Quoi qu’il en soit, pour un premier roman, Anthony Ryan se débrouille vraiment très très bien. Une plume à suivre…

Le Royaume Unifié est composé de quatre fiefs, réunis depuis peu par le Roi Janus et par la Foi, représentée par six Ordres. Chaque Ordre a ainsi une fonction bien précise au sein de la Foi comme du royaume. Mais celui qui nous intéresse ici est le sixième : celui des combattants de la Foi. Celui où Vaelin grandira et apprendra les préceptes du combat, de la survie et de la Foi dans des conditions presque inhumaines.

Ce passage, assez long (mais nécessaire), m’a beaucoup fait penser à l’Assassin Royal de Robin Hobb. Il n’y a part d’Art ou de Vif, mais la Ténèbre. Une magie impie, presque une légende. Presque.
Un apprentissage difficile, des personnages émotionnellement torturés. Des assassinats mystérieux.

Puis notre petit Vaelin grandit, et découvre les souverains complots. Le petit stratégo des personnes de pouvoir va le mêler à d’horribles actes tandis qu’en lui chante une certaine « voix du sang », de plus en plus puissante, de plus en plus pressente. Des choix devront être faits entre l’honneur, l’amour, le devoir et la Foi.


J’ai trouvé étrange que le quart de couverture compare ce livre à Gemmell et G.R.R. Martin, mais pas à Robin Hobb. Blood Song, bien qu’il contiennent des scènes difficiles et un tas d’intrigues politiques, n’est pas aussi cru ni développé que le Trône de Fer. Et bien qu’il soit très comparable à l’Assassin Royal, les personnages ne sont pas aussi approfondit émotionnellement que ceux de Robin Hobb.
C’est une sombre histoire qui sinue (pour moi) entre ces deux auteurs. Ni meilleur ni moins bon, Anthony Ryan est vraiment un nom à retenir dans le milieu de la Fantasy.

Toutefois, si Blood Song est considéré par Bragelonne comme « révélation Fantasy 2014 », pour ma part je n’irai pas jusque là.
C’est du bon. Du très bon. Avec une fin percutante qui donne envie de lire la suite. Mais ce n’est pas non plus aussi exceptionnel que présenté.

5 Jan

La mère des mondes (Jean-Laurent Del Socorro)

La Mère des mondes de Jean-Laurent DEL SOCORROQu’y a-t-il de l’autre côté des Bouches, ces portails spatiaux apparus sur Terre en 2019 et ayant laissé passage à des myriades d’aliens ? Est-ce possible d’y apporter la sainte parole ? Jusqu’où s’applique la volonté du Créateur ? Ce sont là les questions que se pose un prêtre catholique au moment de son départ pour l’outre-espace…

La mère des mondes est une nouvelle distribuée gratuitement (et sans DRM) par les éditions Le Bélial. Cette nouvelle est le premier texte publié par JL Del Socorro et s’inscrit dans l’univers du roman de Laurent Genefort « Point chaud« . Poursuivre la lecture