31 Jan

Un imperceptible vacarme – tome 1 (Dominique Warfa)

Un imperceptible vacarme – 1. Lointaines et limitrophes Quart de couverture de Un Imperceptible Vacarme – tome 1 :

Une étrange et lointaine écologie. Un danseur technologiquement possédé. Un vaisseau lancé à la recherche de nouvelles terres, à n’importe quel prix. Une version alternative des tueurs fous du Brabant. Des voyages temporels sous influence chimique, ou pas. Des créatures irréelles qui hantent l’Amazonie. Des plongées dans la virtualité ou au cœur de la mer quantique. Un système automatisé qui ressuscite l’espèce humaine. Les moisissures d’un vieux mur qui prennent la parole. Indisponibles depuis longtemps, ces vingt-quatre nouvelles ont été écrites et publiées à l’origine entre 1976 et 2004, dans les pages de revues ou d’anthologies – entre Bruxelles, Paris ou Montréal. Elles ouvrent sur toutes les versions de l’univers, par les visions du fantastique ou de la fantasy, mais surtout de la science-fiction. Il s’agit d’une science-fiction parfois onirique, mais le plus souvent argumentée – et « dure », comme l’on dit qu’il existe des sciences « dures » ! Ce recueil résume près de quarante ans de vie en compagnie de la SF. Et comme il ne se veut pour autant pas trop proche de l’hommage posthume, il contient quatre textes inédits. Poursuivre la lecture

25 Nov

Les Promesses d’Atro City (Solenne Pourbaix)

En 2480, la ville la plus évoluée est Atro City, située en Europe centrale, C’est une cité riche et prospère, principalement peuplée de pauvres et de miséreux venus pour chercher confort et travail et ne trouvant que rejet et répression. Pour distraire son peuple, le Régent a créé une immense Arène. Grâce à elle, il peut divertir la population et se débarrasser des criminels et autres empêcheurs de tyranniser en rond en les faisant participer aux « jeux ». Mais un héros va sortir de l’arène et cela en sera fini pour LES PROMESSES D’ATRO CITY… Poursuivre la lecture

14 Avr

Critique : Des Larmes sous la Pluie (Rosa Montero)

larmes_sous_pluieQuart de couverture:

États Unis de la Terre 2109, les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour réécrire l’histoire de l’humanité et la rendre manipulable. Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même, sur le mémoriste qui a créé les souvenirs qu’elle porte en elle et qui la rapprochent des humains. Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens, les seuls encore capables de raison et de tendresse dans ce tourbillon répressif de vertige paranoïaque.

Rosa Montero choisit un avenir lointain, hérité de Philip K. Dick et de Blade Runner, pour nous parler de ce qui fait notre humanité, la certitude de notre mort et de celle de ceux que nous aimons. Ses personnages sont des survivants qui s’accrochent à la morale politique, à l’éthique individuelle, à l’amitié et à l’amour. Elle construit pour nous un futur cohérent, une intrigue prenante qui nous touche et nous fait réfléchir. Elle écrit avec passion et humour, des outils essentiels pour comprendre le monde. Poursuivre la lecture

30 Juin

Critique : Asteria Rubens – Christel Lacroix

Christel Lacroix
Asteria Rubens

ASTERIA_RUBENS_uneQuart de couverture :

Un, deux, trois, quatre, cinq, cinq êtres humains, cinq personnalités,pétris d’amour, de faiblesse, de beauté et de vie : Sung, Sunnivan, Moana, Iloane, Terran, partis en voyage à l’autre bout du globe, se retrouvent dans un monde paradoxalement troublant. Au fil des pages, le futur, le passé et la réalité alternative des personnages s’entrecroisent, les liens de l’imaginaire et ceux du réel se trament en une étrange toile de fond. Le lecteur, retrouvant des fragments de son âme dans chaque personnage, va s’identifier à eux et affronter le doute qui mûrit inexorablement. Il craindra alors ne jamais répondre à ses interrogations et pourtant il essaiera car nul choix ne lui sera laissé.
Poursuivre la lecture