7 Jan

Le Moineau de Dieu (Maria Doria Russell)

Emilio Sandoz, linguiste et prêtre, est le seul survivant d’une mission de contact avec des extraterrestres sur une planète lointaine. Il en revient marqué du sceau de l’infamie : là-bas, il se serait prostitué et aurait tué un enfant… Que s’est-il réellement passé ? Que sont devenus les autres membres de l’expédition ? D’où viennent ces cicatrices terribles sur ses mains ?

Détails techniques :

Editions ActuSF
464 pages (version papier)
9,99 € en numérique, 19 € version papier
Interview de l’auteur, 20 ans après la première parution, à la fin de l’ouvrage
Extrait disponible sur le site d’ActuSF

Mon avis :

Panne d’écriture, panne de blog, panne de lecture, panne physique… les derniers mois ont été un grand vide de mon côté. Pourtant, j’avais envie de m’y remettre… et la flemme en même temps. Et puis j’ai vu passer les promos numériques d’ActuSF, avec ce titre : Le Moineau de Dieu. Le pitch m’intriguait. J’ai vu aussi un commentaire sur Facebook au sujet de ce livre comme quoi il était excellent. Alors je l’ai pris et me suis mise à le lire d’emblée. Et je n’ai pas décroché.

Je n’ai pas été déçue de mes dernières lectures, loin de là. Mais ici, il faut avouer que le niveau dépasse toutes mes attentes !

L’histoire commence avec Emilio Sandoz, le prêtre jésuite originaire de La Perla, un bidon-ville où règne la pauvreté, la crasse et la criminalité. On apprend à le connaître, petit à petit, et à découvrir la façon dont il a rencontré le groupe qui formera plus tard l’équipage de l’étrange vaisseau qui sera le premier à visiter une planète habitée de créatures intelligentes. Ces chapitres sont entrecoupés par d’autres, qui se déroulent bien plus tard, en 2060, lorsque Emilio est revenu de ce voyage, physiquement et mentalement brisé. Et seul. Il est alors interrogé par ses supérieurs, mais refuse de dire le moindre mot sur ce qui lui est arrivé tant la dépression le tenaille. Il faudra à ses confrères user de patience pour l’apprivoiser, comme l’on apprivoiserait un moineau…

Plus d’un tiers du livre est consacré à la mise en place, à la description des différentes personnalités, enjeux et émotions. On apprend à connaître chaque acteur de cet équipage qui deviendra très vite l’équivalent d’une famille. On suit également les préparatifs de cette mission, qui aurait du être menée par les Nations Unies, mais Emilio parvient à convaincre les jésuites de sauter le pas les premiers.
Si certains peuvent trouver ces passages un peu long, ce ne fut absolument pas mon cas. Au contraire tous les éléments sont amenés avec une précision et une délicatesse impressionnantes. Rien n’est laissé au hasard, tout à un but. Jusqu’à ce moment précis où Emilio est persuadé que ce qui leur arrive est « la volonté de Dieu ». Et là, l’auteure en moi s’est dit : « mais quelle ingéniosité ! ». Car, sans vouloir spoiler le moins du monde, ce qui se passe à ce moment précis est, d’un point de vue scénaristique, un raccourci gros comme une maison. Et pourtant il est tout à fait justifié ! « C’est la volonté de Dieu ». Maria Doria Russell, ce génie.

Outre les liens humains et les fragilités des différents personnages, ce qui m’a particulièrement séduite dans ce roman étaient les descriptions de Rakhat, cet autre monde peuplé de créatures intelligentes. Ces extraterrestres eux-mêmes et leur mode de vie. On ne peut que s’émerveiller des beautés de cette planète et de leurs habitants, comme l’a fait l’équipage humain ! L’auteure est une vraie créatrice de monde.

Le Moineau de Dieu rassemble plusieurs thèmes aussi intéressant qu’extrêmement bien amenés : la reconstruction d’un homme brisé, la religion chez un jésuite pas encore sûr de croire, la vie extraterrestre et leur mode de fonctionnement, la rencontre entre humains et extraterrestres, les relations humaines, la culpabilité, les langues… Chaque personnage progresse au fur et à mesure que les pages se tournent. L’histoire prend un tournant différent, bien que LA question reste sans réponse jusque dans les dernières pages : qu’est-il arrivé à Emilio pour qu’il soit à ce point replié sur lui-même ? Pour qu’il ne veuille pas en parler ? Qu’est-il arrivé à ses mains ? A t’il vraiment tué une fillette extraterrestre et pourquoi ? Que sont devenus ses coéquipiers ?

Le niveau d’écriture est très très élevé tout en restant accessible à un large public. Le suspense est intense et les découvertes sont habilement parsemées pour que le lecteur ne s’ennuie pas. Les différents points de vue et les deux lignes temporelles se tressent tout en nuances pour aboutir sur une interrogation quant à notre propre mode de vie. Vraiment, je conseille cette lecture à tout un chacun. J’ai été bluffée. Je pense que ce livre peut facilement gagner mon top 3, toutes lectures confondues.

Dans la blogosphère :

Nébal, Blackwolf, Xapur, Yogo, …

31 Jan

Un imperceptible vacarme – tome 1 (Dominique Warfa)

Un imperceptible vacarme – 1. Lointaines et limitrophes Quart de couverture de Un Imperceptible Vacarme – tome 1 :

Une étrange et lointaine écologie. Un danseur technologiquement possédé. Un vaisseau lancé à la recherche de nouvelles terres, à n’importe quel prix. Une version alternative des tueurs fous du Brabant. Des voyages temporels sous influence chimique, ou pas. Des créatures irréelles qui hantent l’Amazonie. Des plongées dans la virtualité ou au cœur de la mer quantique. Un système automatisé qui ressuscite l’espèce humaine. Les moisissures d’un vieux mur qui prennent la parole. Indisponibles depuis longtemps, ces vingt-quatre nouvelles ont été écrites et publiées à l’origine entre 1976 et 2004, dans les pages de revues ou d’anthologies – entre Bruxelles, Paris ou Montréal. Elles ouvrent sur toutes les versions de l’univers, par les visions du fantastique ou de la fantasy, mais surtout de la science-fiction. Il s’agit d’une science-fiction parfois onirique, mais le plus souvent argumentée – et « dure », comme l’on dit qu’il existe des sciences « dures » ! Ce recueil résume près de quarante ans de vie en compagnie de la SF. Et comme il ne se veut pour autant pas trop proche de l’hommage posthume, il contient quatre textes inédits. Poursuivre la lecture

23 Sep

Les Poubelles Pleurent Aussi (Guillaume Suzanne)

La Terre, France.
Le Contact tant espéré a finalement eu lieu. Les Nods ont débarqué il y a six ans, apportant avec eux la dernière génération de poubelles organiques dans un but on ne peut plus noble : aider les Terriens, qui semblent avoir tant de mal à garder leur planète propre. Semant le progrès et la pagaille dans leur sillage, voilà qu’ils ont éradiqué le tabac sans demander leur avis aux fumeurs.
Les Nods se prétendent omnipotents, mais… jusqu’où  ?
Et tandis que le président de la République apprend ses discours sur des fiches cartonnées et qu’Arnold Sextan se fait verbaliser pour stationnement de maison non autorisé, les montres se mettent à perdre l’heure, les GPS à perdre le Nord et les gens à perdre la tête.

Détails techniques :

Editions Griffe d’Encre
Première parution : 09/2008
Novella
80 pages
Prix : 8€ (numérique 4.99€)
Illustration de couverture : Zariel Poursuivre la lecture

5 Jan

La mère des mondes (Jean-Laurent Del Socorro)

La Mère des mondes de Jean-Laurent DEL SOCORROQu’y a-t-il de l’autre côté des Bouches, ces portails spatiaux apparus sur Terre en 2019 et ayant laissé passage à des myriades d’aliens ? Est-ce possible d’y apporter la sainte parole ? Jusqu’où s’applique la volonté du Créateur ? Ce sont là les questions que se pose un prêtre catholique au moment de son départ pour l’outre-espace…

La mère des mondes est une nouvelle distribuée gratuitement (et sans DRM) par les éditions Le Bélial. Cette nouvelle est le premier texte publié par JL Del Socorro et s’inscrit dans l’univers du roman de Laurent Genefort « Point chaud« . Poursuivre la lecture

18 Oct

La stratégie Ender (Orson Scott Card)

Le best-seller d’Orson Scott Card, aussi devenu une référence au rayon SF, fait l’objet d’une adaptation cinématographique et sortira dans les salles d’ici peu (le 6 novembre 2013). Sachant que je ne raterais pas ce film, il fallait que je lise le livre avant d’entrer dans la salle sombre.

Quart de couverture :

AndrewWiggin, dit Ender, n’est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l’intermédiaire d’un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l’ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l’invasion des doryphores. Et alors qu’Ender suit pas à pas le dur chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n’ont-ils pas damné l’humanité elle-même ? Poursuivre la lecture

16 Juil

Critique : Espérande, par Erik Vaucey

Espérande est une courte nouvelle de science-fiction, rédigée par Erik Vaucey et disponible gratuitement sur YmaginèreS.

« Classification P4

 Présence d’agents hautement pathogènes

 DANGER DE MORT

 Entrée strictement réservée » Poursuivre la lecture

29 Juin

Critique : La Prophétie Maya – tome 2 (Steve Alten)

Quart de couverture :

Michael Gabriel, désormais pris au piège d’une boucle temporelle, a réussi in extremis à empêcher le cataclysme du 21 décembre 2012. Mais quelques mois plus tard, le monde est de nouveau en danger. Cette fois-ci, ce sont ses enfants, les jumeaux Immanuel et Jacob, qui vont devoir se préparer à affronter l’Abomination sur la planète Xibalba. Porteurs d’un gène qui signe leur appartenance à une caste d’élus, ils engageront un combat à mort. Son enjeu : la survie de l’humanité. Michael Gabriel réussira-t-il à aider ses deux fils à sauver la Terre du chaos ?

J’ai mis des semaines à lire ce second tome. Ouf, je suis enfin sortie de l’enfer ! Dans tous les sens du terme. Poursuivre la lecture

16 Déc

Critique : La Prophétie Maya – tome 1 (Steve Alten)

Steve Alten
La Prophétie Maya
Tome 1 : Le Domaine


Prophetie Maya 1Quart de couverture :
Le 21 décembre 2012, le calendrier maya s’achève, sonnant le glas de l’humanité. Seul le décryptage d’un code millénaire peut empêcher la catastrophe. Michael Gabriel, qui a hérité des travaux de son père archéologue, représente le seul espoir de déchiffrer cette prédiction. Interné de force dans un hôpital psychiatrique depuis onze ans, il doit s’en échapper pour rassembler les précieux indices dispersés à travers les temples mexicains, égyptiens et le désert de Nazca. Or la date redoutée approche, entraînant des phénomènes cataclysmiques. Michael est le dernier à pouvoir changer le destin du monde. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

La fin du monde étant pour bientôt, je me devais de lire ce livre. Vu qu’elle est encore plus proche aujourd’hui, je me devais de vous dire ce qu’il en est réellement ! Poursuivre la lecture