21 Août

Nouvelle : Je ne suis pas une légende – Catherine Dufour

Je ne suis pas une légende de Catherine DUFOUR

A L’EPOQUE OU MALO rencontra son premier vampire, il frôlait la dépression.

Après deux ans de bons et loyaux services en tant que Life Time Value Manager chez Johnson & Johnson, une persistante absence de cravate doublée d’une regrettable propension à quitter le bureau en sifflotant sitôt son travail bouclé lui avait valu une mise au placard définitive. Dans les premières semaines de sa relégation, il essaya d’inverser la vapeur : il mit une cravate noire imprimée de petits ours rouges et passa de longues heures supplémentaires près de la machine à café.

Peine perdue.
Il était trop tard.
Beaucoup trop tard. Poursuivre la lecture

16 Juil

Critique : Espérande, par Erik Vaucey

Espérande est une courte nouvelle de science-fiction, rédigée par Erik Vaucey et disponible gratuitement sur YmaginèreS.

« Classification P4

 Présence d’agents hautement pathogènes

 DANGER DE MORT

 Entrée strictement réservée » Poursuivre la lecture

13 Juil

Critique : webzine Etherval n°1

Etherval est un webzine très attractif et regroupant nombre de textes fascinants. Orienté SFFF, Etherval se veut être une revue divertissante, proposant des nouvelles sur un thème particulier à chaque numéro, mais aussi quelques articles en rapport direct avec le thème choisi. Chose plutôt rare pour un webzine, il possède même son « espace détente » !

Mais Etherval n’est pas qu’un webzine (3€). Que nenni. Vous pouvez aussi vous l’offrir en version papier (6€). Il est également possible de télécharger chaque nouvelle individuellement (prix dégressif selon le nombre de nouvelles).

Et bien moi, je viens vous narguer avec mon numéro 1 « Tu quoque fili! » sur le thème de la trahison, offert gratuitement par les Seigneurs d’Etherval en l’échange de cette chronique. Mouéhéhéhé… Elle est pas belle la vie ?

Attention, j’ai promis une chronique. Je n’ai pas promis qu’elle serait positive. Nous allons voir ça de plus près : Poursuivre la lecture

15 Juin

Critique : La Chose du lac (Laurence Suhner)

La Chose du lac de Laurence SUHNERPuisque je me suis lancée dans la folle aventure du challenge des Editions Elenya, à savoir rédiger une nouvelle dans un univers Steampunk en 24h, j’ai parcouru le net à la recherche de nouvelle dédiée à ce genre que je connais, mais pas trop.

Je suis tombée sur une nouvelle publiée dans l’anthologie des Utopiales 2012, à savoir « La Chose du Lac », de Laurence Suhner. Disponible pour seulement 0,99€ sur ActuSF. J’ai donc fait abstraction à ma règle personnelle voulant que je ne débourse pas un sous pour le challenge JLNN. Pas grave, je réussirai à pondre 24 chroniques sur des lectures gratuites. Je compte celle-ci en bonus.

Au début du XXe siècle, dans la chaleur de l’été, la bonne société se repose dans un hôtel au bord du lac à Montreux. L’évènement, c’est la soirée qui sera donnée le lendemain. La comtesse Kochlinskaïa a promis d’y paraître avec un diamant exceptionnel. Un diamant qu’un célèbre voleur a, lui, promis de voler…

Nouvelle délicieusement steampunk, La Chose du Lac est signée de l’auteur de la série QuanTika.

 

Steampunk, hein ?
Non mais… c’est une blague ? Suffit-il vraiment que l’histoire se situe au début du XXe siècle et qu’il y ait un canon un peu étrange pour qualifier une nouvelle de « steampunk » ?
Pour moi, il en faut plus. Bien que je ne sois pas une pro des étiquettes, loin de là. Cette nouvelle penche bien plus du côté thriller fantastique.

L’atmosphère et l’écriture me font franchement penser à Arthur Conan Doyle et son célèbre Sherlock Holmes. L’époque et le langage n’y sont certainement pas étrangers. Les personnages sont distingués et possèdent un sens de la répartie qui m’a beaucoup plu. Bien que l’on devine assez vite où l’auteure veut nous emmener avec ces deux fils d’intrigues (le voleur, et la Chose), il n’y a qu’à la dernière page que l’on comprend ce qu’est vraiment cette Chose. Et là, j’avoue avoir eu un joli moment de surprise. Comme je les aime.

JLNN

Nouvelle lue et chroniquée dans le cadre du challenge JLNN de Lune.

11 Juin

Critique : La Musique de l’Ame (Christophe Collins)

La musique de l'âmeLes éditions Cyngen ne publient que des oeuvres sous format numérique. Cette maison d’édition, créée il y a quelques mois à peine, vient de publier un premier roman, de Christophe Collins : 35MM. Pour promouvoir la sortie de cet ebook, Cyngen a décidé d’offrir une nouvelle d’épouvante du même auteur.

Voici le lien où la télécharger. Dans le fichier (epub, PDF ou .mobi), vous trouverez la nouvelle « La Musique de l’Ame » mais également le prologue et le premier chapitre du roman 35MM.

Intriguée par cette jeune maison d’édition qui fait le pari de ne publier que sous format électronique, j’ai téléchargé la nouvelle gratuite pour me faire une idée de ce que Cyngen propose. Poursuivre la lecture

8 Juin

Nouveau Monde : match d’écriture n°4

NOUVEAU MONDE

Nouveau Monde, c’est un blog mais surtout une communauté d’auteurs. Mis en place par notre cher Aramis, ce site rassemble tous les styles faisant partie de la SFFF. Quelques webzines sont parus avec plusieurs nouvelles d’auteurs différents et pour la plupart inconnus du grand public. Le but étant de les mettre sous les projecteurs.

Depuis quelques semaines, Nouveau Monde propose des « matchs d’écriture« . Inspirés du challenge des Imaginales (organisé par le club Présences d’Esprits), ces matchs durent 2h chrono. Un thème imposé (et secret, forcément) est envoyé aux candidats par email à une heure fixe. Les auteurs ont 2h pour rendre leur nouvelle. Chaque nouvelle est ensuite affichée librement à la lecture pour les internautes qui ont une semaine pour voter pour leur préférée. Il y a un nouveau match (ou joute) chaque samedi après-midi. Si vous voulez participer, il suffit de vous inscrire à cette adresse : ymagineres@gmail.com jusqu’au vendredi minuit précédent le jour J. Les détails se trouvent par là.

Tous les textes présentés sont disponibles sur le blog Nouveau Monde.

J’ai choisi de vous présenter le match n°4, dont les votes ont étés clôturés hier, afin que mon avis personnel n’ait aucune influence (comme si j’en avais, de l’influence !) sur les votes.

Le thème imposé était : Pluie d’étoiles et chants de guerre

Le Destin d’Orathis, par David Morel :

La planète Orathis fait face à sa destruction : une planète volcanique fonce droit dessus. Alors que tout a déjà été tenté, une poignée d’homme se lance dans une mission-suicide pour sauver leur peuple.

Tout ça sonne très « Armageddon » (le film, pas la bible), je trouve. Bon, évidemment, en 2h il est impossible de pondre LA nouvelle du siècle. Je pense que ce qui m’a le plus « dérangée » dans ce texte, c’est que cette boule de feu géante soit associée à la Terre. Comment aurait-elle pu se détacher de son orbite à ce point ? Tout astéroïde géant ou planète instable m’aurait convaincue, mais pas là.

Les Serviteur de l’Arcane, par Scalp (ou Pascal Bléval) :

Les guerriers de Mûrn assiègent la cité Torkan, abritant les Rand’r, depuis déjà des mois. La magie des Mages-Portail protègent l’enceinte de la ville, empêchant les assaillants d’y entrer… jusqu’à ce que les assassins d’Altok parviennent à se faufiler auprès des magiciens et de rompre le sortilège.

On sent bien que Scalp s’est entraîné à ce type d’exercice. Cette nouvelle est tout de même longue et il a du être inspiré dès la première minute pour écrire autant en si peu de temps !
Le récit tient la route. Les protagonistes sont bien en place, l’intrigue aussi. Et j’avoue que je ne m’attendais pas à une fin telle que celle-ci.

Contre les Etoiles, par Mikado (ou Michael
Sarton) :

Un Barde, gardien des souvenirs du Monde, se voit à nouveau le témoin d’une guerre entre deux clans pour une futile querelle. Blasé plus par ce qu’il est obligé de transmettre à travers sa voix que par son métier, il n’a plus le coeur à assister aux batailles. Lors de celle-ci survient pourtant un événement inattendu qui lui insufflera l’énergie pour créer une dernière mélodie.

*applaudit*
Je suis en retard pour le vote (pour une fois… d’habitude je vote le dimanche matin), mais j’aurais voté des deux mains et des deux pieds pour cette nouvelle-ci ! J’ai beaucoup apprécié la façon dont le thème a été abordé. Et puis je dois bien avouer mon faible pour les textes mélancoliques…
« Oreilles Rondes » haha, vraiment excellent !

Le match d’aujourd’hui se compose de quatre candidats. Les textes seront en libre lecture sur Nouveau Monde dès ce soir (ou au pire demain matin). N’hésitez pas à les lire (ils sont tous très courts, forcément !) et à voter ! Cela encourage vraiment les auteurs !

JLNN

4 Juin

Critique : Les Femmes (Mots & Légendes n°8)

Bienvenue au Royaume des Mots Rêveurs.
Bienvenue dans un monde de mots & légendes.

Le thème de ce huitième webzine porte sur : la femme.

Au sommaire, sept nouvelles illustrées par des illustrateurs de talent ; ainsi qu’une présentation de chaque artiste.

Il s’agit d’un webzine dont je découvre l’existence grâce à la dernière nouvelliste : Dana B. Chalys, aussi appelée Sedenta.

Comme d’habitude, vous trouverez mon avis très subjectif sur chaque nouvelle ci-dessous. Poursuivre la lecture

30 Mai

Critique : Columbiad (Stephen Baxter)

Quart de couverture de Columbiad :

Jules Verne a menti. Ou, du moins, n’a pas raconté l’exacte vérité dans ses deux romans De la Terre à la Lune et Autour de la Lune. Pour commencer, ce ne sont pas des romans, mais d’exacts comptes rendus d’exploration. Et l’expédition menée par Impey Barbicane vers la Lune a été suivi d’une seconde, en direction de Mars… C’est ce dont Michel Ardan, membre de l’aventure, tente de convaincre le narrateur de « Columbiad », nouvelle où Stephen Baxter rend un  hommage malicieux aux pères de la science-fiction.

J’avais cette nouvelle dans mon Kindle depuis un certain temps, et n’avait plus du tout le résumé en tête. Quelle belle surprise !

Reprendre un des piliers de la science-fiction pour le rendre réel, c’est la première fois que je vois ça. Ce style porte probablement un nom, mais je ne suis pas douée pour les étiquettes. Je ne suis pas non plus versée dans la hard science ni même dans la science tout court. Impossible pour moi de savoir si les détails techniques sont crédibles ou non. Ce n’est pas ce que je vais juger ici, puisque je n’en suis pas capable.

L’idée m’a plu. Ce texte m’a donné envie de découvrir l’univers de Stephen Baxter, mais également de Jules Verne, que je n’ai jamais lu. Oui, honte sur moi, vous avez raison. Il s’agit d’un grand classique, dont je connais le résumé de la majorité de ses récits, mais je ne les ai jamais explorés en détail. Ils m’attendent désormais dans mon Kindle, eux aussi.

Je regrette par contre la fin de cette nouvelle, qui n’en est pas vraiment une et qui me laisse sur ma faim.

JLNNNouvelle lue et chroniquée dans le cadre du challenge JLNN du blog Un Papillon dans la Lune.

20 Mai

Critique : Histoires de vampires (l’Imaginarius)

Imaginarius. Ce nom vous dit quelque chose ? C’est normal, je vous en ai déjà parlé il y a quelques semaines : l’Imaginarius, ou le Petit Journal du Fantastique, édite des webzines regroupant diverses nouvelles sur un thème précis, chaque fois différent. Comme vous l’aurez deviné, cette fois, c’est le tour des vampires.

Si Twilight a lancé la mode des vampires et loup-garous, cette saga n’en reste pas moins contestée et suscite les débats à travers la toile. Les contes proposés dans ce webzine sont tous très différents les uns des autres, et de l’idée que l’on se fait des vampires (quoique?).

Au sommaire, pas moins de 17 nouvelles. Les trois premières sont issues de quelques auteurs du collectif « Les Fossoyeurs de Rêves« . Les quatorze autres textes ont été sélectionnés suite à l’AT ouvert à toutes les plumes.
Pour un total de 217 pages, ce webzine atteint la taille d’un roman.  Certaines nouvelles sont très courtes (un peu plus d’une page) et d’autres bien plus longues. Voici un bref résumé accompagné de mon avis personnel et très subjectif pour chacune : Poursuivre la lecture