7 Oct

L’Evangile Cannibale (Fabien Clavel)

Aux Mûriers, l’ennui tue tout aussi sûrement que la vieillesse. Matt Cirois, 90 ans et des poussières, passe le temps qu’il lui reste à jouer les gâteux. Tout aurait pu continuer ainsi si Maglia, la doyenne de la maison de retraite, n avait vu en rêve le fléau s abattre sur le monde. Et quand, après quarante jours et quarante nuits de réclusion, les pensionnaires retrouvent la lumière et entrent en chaises roulantes dans un Paris dévasté, c’est pour s’apercevoir qu’ils sont devenus les proies de créatures encore moins vivantes qu’eux. Que la chasse commence…

Fabien Clavel, lauréat d’une douzaine de prix et auteur d’une vingtaine de romans, est l’une des voix les plus connues de l imaginaire. Sa plume caméléon s’adapte à sa volonté d’en explorer tous les sous-genres. Avec L’Évangile cannibale, il revisite le mythe du zombie et du survival dans un roman court, rythmé et caustique.

Détails techniques :

Editions ActuSF
Fantastique / Zombie
Sorti en janvier 2014
191 pages
17 € broché,  1,99 € numérique
Interview de Fabien Clavel au sujet de l’Evangile Cannibale

Mon avis :

Matt est un vieillard cynique qui n’hésite pas à littéralement cracher son venin sur tout ce qui bouge. Un personnage haïssable tant il hait tout et tout le monde. Sa profonde paranoïa l’incline à penser que son entourage (voire au-delà) chercher à lui nuire (voir au-delà aussi). C’est la raison pour laquelle il décide de confier ses pensées à un dictaphone.

Tout commence à la maison de retraite « Aux Mûriers », mûriers qui eux-mêmes sont décausés par cet arrogant pensionnaire. On assiste alors à toute une série de petits détails du quotidien d’un tel établissement. Là où nous pensons que nos vieux passent une fin de vie paisible, ils sont bien souvent malmenés, brusqués, frustrés, attristés voire dépressifs et même parfois torturés. Si Matt exagère un peu, je peux confirmer que cela n’est pas de la fiction mais la triste réalité. Ma mère a été aide-soignante en maison de repos plusieurs années et a constaté à quel point les patrons, médecins et même certaines infirmières traitaient les gens comme du bétail. On lave, on donne à manger et on soigne à la chaîne. T’as pas à prendre ton temps, le mien est minuté. Tu ne fais pas ce qu’on te dis ? Tu seras puni (véridique). Un décès ? Le lendemain la chambre vide sera pleine. Le fric avant tout.

Puis viennent la lutte et la survie. Et cette bande de bras cassés réussi drôlement bien à ce petit jeu. Ils sont certes aidés, au début, par le peu de zombies dans les rues. Mais ça se complique rapidement. D’autant plus qu’une bande de vieillard impotents, dont certains ont besoin de chaises roulantes pour se déplacer, ça n’avance pas vite. Et ça a besoin de matos… particulier. Sans parler de la sénilité qui les guette…

En parlant de sénilité, plus on avance dans le récit, plus on constate que Matt n’est plus tout à fait juste, dans sa petite tête. Sa parano se décuple, il n’hésite pas à mentir pour garder le contrôle, et puis vient cette terrible scène. Une scène dérangeante, choquante. Tout part en vrille et à 1000 à l’heure à partir de cet instant. Si bien que j’ai eu du mal à savoir qu’en penser, une fois le livre achevé.

Pour ma part, c’est l’interview de Fabien Clavel qui a rattrapé le coup. J’ai mieux compris où il voulait en venir.
Les vieux font rarement l’objet de personnages principaux, que ce soit à la télé ou dans les livres. A moins qu’il ne s’agisse de personnes extraordinaires, dotés de pouvoirs particuliers ou d’une certaine influence. Mais les vieux que nous connaissons vous et moi, ceux qui ne savent plus vivre seuls, où sont-ils ? C’est le point de départ de ce roman. L’auteur a voulu, pour une fois, les mettre sous les projecteurs. Les placer dans un roman de zombies n’étant absolument pas attendu, c’était le deal parfait.

L’Evangile Cannibale fut une lecture vraiment atypique et dérangeante. Ce livre m’a secouée. Je me suis interrogée, aussi. Comme souvent avec les questions de survie.
Une plume intéressante, qui n’hésite pas. En rien. Un auteur que je suis curieuse de découvrir dans d’autres genres.

Dans la blogosphère :

Lisez aussi les avis de Cornwall, Lune, BlackWolf, …

 

Challenge Maison : Zombies Challenge

Chronique participant aux challenges Zombies de Cornwall et Francofou d’ici même.

 

Challenge Francofou 3

2 réflexions au sujet de « L’Evangile Cannibale (Fabien Clavel) »

Laisser un commentaire