30 Août

Les Pirates de l’Escroc-Griffe, tome 1 (JS Guillermou)

couverturepiratestome1Quart de couverture :


Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu’aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites…

Détails techniques :

Editions Bragelonne
Collection Snark
9,99 € au format numérique, 24 € au format broché
Jeunesse, aventure, piraterie, fantasy et touche de steampunk
Premier tome d’une trilogie
Premier roman de l’auteur
Site officiel

Mon avis :

Jean-Sébastien Guillermou, je le connais depuis un certain temps déjà. À vrai dire, la plupart des blogueurs le connaissent. Sans même parler des auteurs habitués de la marre de Cocyclics (un lieu d’entraide entre auteurs). Il a d’ailleurs réussi à introduire le nénufou/nénurhum dans son bouquin. Quand j’ai vu ça, j’ai souri bêtement toute seule dans mon salon. Jean-Sébastien est quelqu’un de très amical, qui a toujours le sourire et qui s’intéresse à énormément de choses. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un copain de plume que j’apprécie beaucoup. Si la chronique qui suit est positive, ce n’est pas en raison de copinage mais car j’ai vraiment apprécié ma lecture. Ce livre a d’ailleurs des défauts (j’y reviendrai). Acquis lors des Imaginales 2015, « Les Pirates de l’Escric-Griffe » a quitté ma pile à lire grâce au Cercle d’Atuan qui l’a nommé lecture commune du mois d’août.

La trame principale est somme toute assez classique : un orphelin découvre que son père pourrait être encore en vie et part à sa recherche. Il croise alors la route de Bretelle, le célèbre capitaine de l’Escroc-Griffe qui n’a jamais réussi un abordage. Et le voilà embarqué malgré-lui dans une chasse au trésor. Le lecteur découvrira les Mers Turquoises en même temps que Caboche, qui ne semble avoir connu que son île et l’orphelinat militaire destiné à créer les futurs mousquetaires noirs. Les infos sur ce Monde-Fleur sont distillées ça et là, de façon à ce que l’étrangeté du monde créé par l’auteur ne rebute pas le lecteur d’emblée. D’ailleurs, quelle imagination ! J’aime beaucoup ce monde et ses mystères, les anciennes races et leurs artefacts aussi rares qu’incompréhensible, les différents peuples et leurs coutumes, les étranges îles des Kazarsses, … Il s’agit d’un univers riche, fouillé voire complexe. Et pourtant il nous est conté en toute simplicité à travers les (très courts) chapitres.

L’intrigue, les descriptions parfois un peu trop appuyées, les personnages bien typés et le style d’écriture en font un roman jeunesse parfait. Il peut néanmoins se lire et être apprécié à tout âge !

Deux bémols : l’action est omniprésente. Il n’y a aucun temps mort et c’est peut-être dommage. Il est normal qu’il y ai des combats et beaucoup de rythme dans un roman d’aventure pirate, mais j’ai parfois eu l’impression que l’auteur voulait en montrer trop d’un coup, d’où une sensation de survol de certains lieux. Certaines scènes auraient mérités d’être approfondies, de s’y attarder quelques pages supplémentaires mais dans le calme, histoire de reprendre son souffle.
Un détail qui m’a parfois titillée : il faut absolument faire abstraction du réel, du concret, du rationnel. Les esprits cartésiens pesteront contre ce roman. Il faut rester ouvert à l’imaginaire et croire en ce que l’on lit sans essayer de le transposer dans notre réalité, car il s’agit bel et bien d’un tout autre univers qui ne fonctionne pas comme le nôtre. J’ai parfois tiqué sur certains passages, puis me suit dite « oh bon, c’est comme ça et puis c’est tout ».
Deux défauts évidemment très subjectifs.

En résumé, Les Pirates de l’Escroc-Griffe – Les Terres Interdites est un excellent roman-détente qui fleure bon l’originalité. Le rythme soutenu et les chapitres très courts en font un page-turner efficace. On y trouve parfois quelques défauts propres aux premiers romans, mais nul doute que Jean-Sébastien Guillermou est un auteur à suivre.

S’agissant d’une lecture commune avec le Cercle d’Atuan, vous pouvez suivre les avis en cours de lecture des différents blogueurs par ici.

les-pirates-de-l-escroc-griffe,-tome-2

Le tome 2 « Les feux de Mortifice », est déjà disponible en version numérique et la sortie papier est prévue pour le 9 septembre. Le dernier volume de cette trilogie devrait paraître pour début 2016.

Les avis des blogopotes :

Lune, Tigger Lilly

5 réflexions au sujet de « Les Pirates de l’Escroc-Griffe, tome 1 (JS Guillermou) »

  1. Un peu de temps pour respirer n’aurait pas été de trop effectivement, c’est le principal défaut de ce roman par ailleurs plein d’imagination, de fantaisie et d’aventures. Je suis en accord avec tes deux bémols.
    J’ai eu l’occasion de rapidement (trop) croiser Jean Sébastien aux Imaginales et c’est effectivement quelqu’un de fort sympathique qu’on gagne à connaitre mieux.
    J’ai en tout cas passé un bon moment de lecture avec son tout premier roman.

    1. C’est ce qui ressort de la lecteur commune du Cercle d’Artuan également 🙂
      Mais ça ne m’empêchera pas de me plonger dans le second tome. Il parait qu’il est plus sombre. A voir si le train part à toute vitesse ou s’il ralentit un peu…

Laisser un commentaire