15 Juil

Les livres électroniques : pour ou contre ?

Kindle, Kobo, PocketBook, Sony Reader, … il en existe déjà des tas. Pourtant on voit peu de gens les utiliser, du moins en Europe. Pour quelle raison ? Le vieux continent serait-il réfractaire au changement ?

kindleJ’ai réquisitionné le Kindle (la première version, pas le Kindle Touch) de mon compagnon qui n’en avait plus l’utilité. J’ai donc pu tester ce mode de lecture par moi-même. J’en ai retenu bien plus de points positifs que négatifs, mais c’est évidemment à chacun d’établir sa propre balance des « pour » et des « contre ». Car quand bien même il y aurait 10 points positifs contre un seul négatif, si ce point négatif était pour vous LE point essentiel, alors la balance penchera de son côté.

Bien qu’il me soit impossible d’être impartiale dans ce genre de test, je vous livre ici ma propre analyse :

Avantages :

  • Prend peu de place et peut contenir des centaines de livres
  • La taille de la police peut être ajustée selon les besoins
  • L’encre électronique sur fond blanc ne procure pas de fatigue pour les yeux
  • Un dictionnaire est intégré
  • Possibilité de prendre des notes (notez, ça doit être bien plus facile sur la nouvelle version…)
  • Coût relativement faible des livres achetés, certains sont même gratuits !
  • Peut aussi lire les PDF (pratique pour les cours des étudiants, pour autant que le prof permette son utilisation)
  • Le Kindle retient à quelle page vous avez arrêté votre dernière lecture et s’y ouvre automatiquement (fini la perte du marque-page !)
  • Vous pouvez choisir entre avoir un aperçu d’où en est votre lecture soit en nombre de pages soit en pourcentage
  • Batterie vraiment performante : jusqu’à 1 mois complet sans rechargement (qui ne prend pas plus d’une nuit)
  • Peut aussi contenir des illustrations (plus facile à insérer pour les auteurs car revient nettement moins cher qu’à imprimer)
  • Marché en pleine expansion qui permet à n’importe qui de publier son propre livre en version électronique sans devoir passer par une maison d’édition
  • Pour l’auteur, les gains sont plus importants via le livre électronique que via l’édition traditionnelle (proportionnellement parlant, pas au total)
  • Moins de papier = moins d’arbres coupés

Inconvénients :

  • Dédicaces impossibles
  • Sensations du papier définitivement perdues
  • Reste cher à l’achat de la liseuse (entre 100 et 200 €, cela dépend de la marque et de la version), il faut lire beaucoup pour pouvoir rentabiliser un tel gadget
  • Prix de certains ebooks parfois abusés. Différence trop faible
    entre le livre numérique et la version poche
  • Les amoureux des beaux marques-pages n’en n’ont plus l’utilité
  • La bibliothèque privée devient déserte, de même que les bibliothèques publiques (mais ça, c’était déjà le cas non ?)

Il existe sans doute bien d’autres avantages et inconvénients, mais ils ne m’ont pas atteint. Cela peut également varier selon le modèle de liseuse électronique utilisé. Je viens d’achever la lecture d’un roman complet sur le Kindle et je dois dire que j’ai été agréablement surprise. La lecture est facile, fluide, aérée. L’écran est mat et ne fait pas mal aux yeux. Par contre, comme un vrai livre, il faut de la lumière… l’écran n’en projette aucune.
Dans cette édition électronique, j’y ai trouvé bien plus d’illustrations que dans une édition classique. Ce n’était pas pour me déplaire !sony_reader_sit-sml
Qu’est-ce que j’ai lu ? Il s’agit du premier tome de la saga « La Porte » d’Anthony-Luc Douzet. Numéro 1 des ventes sur Amazone en catégorie Thriller/Fantastique. Ce livre fera l’objet d’une critique d’ici quelques jours, mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Pour tous vous dire, la saga était en promo lorsque je l’ai achetée. Le prix de base était d’environs 3 € par tome et j’ai eu chaque tome à 0,89 €. Essayez toujours de trouver des prix pareils en librairie… (par contre si vous trouvez, donnez moi l’adresse ! ;-) )

Bref, bonne expérience que je compte renouveler. J’aime l’odeur et le contact du papier, mais je dois bien avouer que les prix sont pour moi l’un des points qui ont fait pencher la balance dans le « pour ». Toutefois, je continuerai d’acheter certains livres sous format papier. Lorsque la différence de prix est trop faible par exemple, ou si j’ai l’occasion d’avoir un livre dédicacé, ou encore un livre « collector ».

Je pense sincèrement que la bibliothèque privée, aujourd’hui et plus encore dans le futur, devient une vitrine remplie de choses rares et uniques que l’on aime montrer. Pour tout le reste, un fichier suffit.

Une réflexion au sujet de « Les livres électroniques : pour ou contre ? »

Laisser un commentaire