24 Sep

Les derniers hommes (Pierre Bordage)

Résumé maison :

La troisième guerre mondiale a pris fin il y a un siècle. Qui a gagné ? Les rares survivants disséminés à travers le globe ne s’en soucient pas trop.  On les appelle « les peuples nomades », car la pénurie d’eau potable et d’aliments sains les obliges à constamment partir à la recherche de nouvelles sources, ou plutôt d’ancienne caches. La Terre a subi les séquelles des bombes nucléaires, de même que les descendants de l’humanité. Certains sont estropiés, victimes de maladies génétiques mortelles. D’autres se sont vu recevoir un « don ». Solman fait partie de ces deux catégories. Le jeune homme est à la fois rejeté par sa tribu aquariote pour sa jambe torse et à la fois prisé par le conseil de son peuple pour son don : la clairvoyance, qui lui permet de détecter le moindre mensonge, la moindre émotion. Sur la route du grand rassemblement des peuples nomades, d’étranges événements surviennent à travers lesquels Solman perçoit une intelligence supérieure, destructrice,  semblant vouloir la fin des derniers hommes.

Vous l’aurez compris, nous plongeons dans un univers totalement post-apocalyptique. Mais pas seulement. Pierre Bordage est avant tout un écrivain de science-fiction, et cette dernière reste présente, bien qu’en retrait. Organismes génétiquement modifiés, robots de combat, etc… je n’en dirai pas plus au risque de spoiler.

J’ai dévoré cet ebook en une semaine (en 6 épisodes d’environs 100 pages chacun, mais il existe en papier au format livre de poche aux éditions J’ai Lu). L’écriture est fluide et très descriptive sans toutefois être trop lourde. Monsieur Bordage (il mérite son Monsieur) a un sens du suspense très pointu ! Il est impossible d’achever un épisode sans vouloir commencer le suivant avec un sentiment d’urgence.

Les nombreux thèmes présents dans ce petit bijou sont vastes : racisme, rejet des malades et des estropiés, science de l’extrême, l’humanité et son avenir, immortalité, prophétie, christianisme et évidemment, apocalypse.

Ce livre pose beaucoup de questions. Jusqu’où seraient prêt à aller les scientifiques pour éradiquer la maladie, la faim, la soif, la pauvreté… la mort ? Quelles en seraient les conséquences ? Une « sur-race » pourrait-elle cohabiter avec une humanité « normale » ?

De grands thèmes, de grandes questions existentielles. La conclusion se profile avec une une moralité attendue et peut-être même un peu « donneuse de leçon ». Mais qu’importe, j’ai la même philosophie.
Il me manque par contre le courage de Solman le boiteux.

3 réflexions au sujet de « Les derniers hommes (Pierre Bordage) »

Laisser un commentaire