10 Déc

Le Prince Bâtard (Robin Hobb)

C_Le-Prince-Batard_62Une des légendes les plus sombres du royaume des Six Duchés raconte l’histoire du prince Pie, doué du Vif, qui fut jeté à bas du trône par les actions de nobles courageux afin que la lignée des Loinvoyant demeure sans tare. Aujourd’hui, la vérité qui se cache derrière le mythe se dévoile grâce au récit de Félicité, compagne roturière de la princesse Prudence de Castelcerf : avec celle-ci à ses côtés, Prudence devient une reine-servante au fort tempérament mais, quand elle donne le jour à un bâtard qui porte sur le corps la robe pie du cheval de son père, c’est Félicité qui se charge de l’élever. Et, lorsque le prince Pie arrive au pouvoir, les intrigues politiques propagent de dangereux discours sur le Vif qui changeront à jamais le royaume…

J’hésite entre qualifier ce livre de « roman court » ou de « novella ». A moins que ce ne soient deux synonyme. Bref, 140 pages pour un grand format, c’est un peu léger pour en faire un roman.

Qu’importe. Comme tous les Robin Hobb, ce récit n’a pas tenu deux soirées après son achat.

Le Prince Bâtard est un prélude au cycle de L’Assassin Royal (ou La Citadelle des Ombres). C’est donc avec une immense joie que je me suis replongée dans le royaume des Six Duchés. Non pas en compagnie de Fitzounet cette fois, mais de ses lointains ancêtres.

La légende du prince Pie est citée plusieurs fois à travers le cycle original, mais elle reste une légende transmise par le bouche à oreille et déformée par les mauvaises langues. Félicité a été chargée par son fils ménestrel de retranscrire toute la vérité et uniquement la stricte vérité. Qu’elle répète cela à moult reprises m’a un peu agacée. Mais bon, il fallait insister sur le fait que ses mots n’étaient que la vérité stricte et véritable pour que les gens qui découvriraient son récit soient bien certains qu’il ne s’agissait de rien d’autre que la vérité stricte et véritable. N’est-ce pas ?

Ceci étant dit, elle commence par nous raconter sa propre vie. Son enfance auprès de la princesse Prudence. Ensuite vient la rencontre de Prudence avec cet homme doté du Vif et enfin, la carrière de nourrice que Félicité n’avait pas vraiment désirée. Toutefois cela lui permet de rester auprès de Prudence, et ensuite de sa descendance.

Voici donc toute la vérité sur la lignée des Loinvoyant et de ce prince Pie. Finalement très différente de la légende que l’on connait.

Très peu de dialogues dans cet ouvrage. Ils sont presque inexistants et pourtant ça ne m’a aucunement dérangée. Il s’agit finalement d’un récit découvert sur un parchemin (vachement long, dites donc !). Et quand on écrit une lettre pour se confier, on raconte les faits sans retranscrire les dialogues au mot à mot. Logique.

En cela, l’écriture diffère assez des autres livres de Robin Hobb. Mais on l’y reconnait bien tout de même.
Ha oui, vous savez ce que j’ai déjà dit à propos des chiens dans les livres, n’est-ce pas ? Hé bien c’est pareil avec les autres animaux. Mais c’est pas nouveau et vu la légende que l’on connait, on s’y attend de toute façon. *frustrée d’avoir toujours raison*

En bref, est-ce que je vous conseille ce livre ?
Oui. Mais attendez que le prix baisse. Y’a pas assez de matière pour mettre 15€ là-dedans. Et la version numérique à 12€… hum…

Sinon, c’est bientôt Noel. Mettez-le dans votre wishlist !

2 réflexions au sujet de « Le Prince Bâtard (Robin Hobb) »

Laisser un commentaire