11 Mai

Le Fou et l’Assassin – tome 2 (Robin Hobb)

la-fille-de-l-assassin

Avertissement SPOILER : si vous n’avez pas lu le tome 1, ne lisez pas ce qui suit. Pas même le quart de couverture.

Fitz Chevalerie doit apprendre à vivre avec sa fille, Abeille, après la mort de sa femme Molly. Etrangement précoce et intelligente, l’enfant poursuit une existence à demi sauvage dans le domaine de Flétribois auprès d’un père qui ignore comment l’élever et d’un personnel qui, au mieux, la regarde comme une bête curieuse, au pire, la méprise. Livrée à elle-même, elle découvre les passages secrets que dissimulent les murs de la maison, se lie d’amitié avec un chat et apprend par bribes la vie d’assassin que mena jadis son père. Un jour, une jeune femme arrive, porteuse d’un message du Fou ; mais elle est si gravement blessée qu’elle expire avant de pouvoir tout dire. Fitz, craignant que ses meurtriers ne s’en prennent à sa famille, brûle son cadavre, dissimule sa mort et laisse croire qu’elle a poursuivi sa route. Un matin où Fitz se rend au marché avec sa fille, celle-ci est prise à partie par un mendiant que son père poignarde… Or, il s’agit du Fou… Robin Hobb ressuscite ici magnifiquement les personnages de la célèbre série de L’Assassin royal qui l’a rendue célèbre dans le monde entier.

Détails techniques :

Pygmalion Éditions
Fantasy
384 pages (format broché)
21,90€ format broché, 14,99€ format ebook
Second tome d’une série de 6 livres

Mon avis :

Ce que je disais au sujet du premier tome se poursuit ici encore. Fitz est plus seul que jamais. Il a perdu Molly et se retrouver à élever une fille inattendue (oh ?) et très mystérieuse. Il se laisse aller. Et par là même, néglige l’éducation de sa fille Abeille. Jusqu’à ce qu’une nouvelle messagère débarque à Flétribois et livre un message partiel en provenance du Fou…

La mise en place est longue. Mais Robin Hobb, encore une fois, sait faire patienter son lecteur grâce à de petites scènes, anecdotiques si on n’a pas lu les cycles précédents (L’Assassin Royal, Les Aventuriers de la Mer, Les Cités des Anciens), mais combien jubilatoires pour les fans dont je fais partie. Ce n’est toutefois pas rebutant pour qui ne connait pas Fitz, les Six Duchés et Kelsingra car ces histoires sont résumées par le biais des écrits qu’Abeille subtilise à son père pour découvrir qui il est. De doux souvenirs pour les anciens lecteurs, de belles découvertes pour les nouveaux.

Si le rythme reste lent, de nouveaux personnages viennent toutefois le perturber un peu : FitzVigilant, le scribe chargé d’enseigner Abeille et Evite, une autre bâtarde qu’Umbre place sous la protection de Fitz. Mais le personnage le plus attendu, celui qui a donné son titre à ce nouveau cycle, c’est bel et bien le Fou. ENFIN il fait son apparition. Et deux pages après, j’ai cru faire une crise cardiaque. Tant d’émotion en un seul chapitre, c’est trop pour mon petit cœur. Je me suis sentie obligée de poursuivre ma lecture jusqu’à pas d’heure tant c’était insoutenable. Et il m’est à présent insupportable de devoir attendre plusieurs mois pour le tome 3.

Plusieurs révélations sont faites sur le Fou, les Prophètes Blancs et leur enseignement, mais il reste encore beaucoup à apprendre sur le sujet. Abeille possède indéniablement l’Art et le Vif, bien qu’elle ne sache pas encore de quoi il s’agit vraiment. Va t’elle se lier ? Avec quel animal ? Usera t’elle de l’Art pour avertir son père ? Le Fou survivra-t-il ? Qu’en est-il de Lant et Evite ?
Voici un aperçu des questions qui restent en suspend à la fin de ma lecture. Un livre prenant et des personnages auxquels on s’attache sans effort.

6 réflexions au sujet de « Le Fou et l’Assassin – tome 2 (Robin Hobb) »

  1. Pour ma part j’ai retrouvé les plaisirs de la première trilogie de l’assassin royal dans ces nouveaux livres … quelle attente pour ce troisième tome !

Laisser un commentaire