18 Jan

Le Fou et l’Assassin (Robin Hobb)

le-fou-et-l-assassinFitzChevalerie Loinvoyant, bâtard de la famille régnante des Six-Duchés et assassin royal à la retraite, coule des jours paisibles dans sa propriété de Flétrybois avec son épouse Molly et ceux de leurs enfants qui ne sont pas encore partis de la maison.
Mais, lors d’une fête de l’Hiver, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s’enfuient dans une tempête de neige, tandis que, la même nuit, une messagère envoyée à Fitz disparaît dans d’inquiétantes circonstances sans avoir eu le temps de lui remettre son message.
Fitz voit sa vie se défaire, ses enfants s’en aller, sa femme vieillir et sombrer dans la démence, se découvrant enceinte à plus de cinquante ans, alors que lui garde toute sa jeunesse et son ardeur grâce à l’Art. Et il se désole de n’avoir plus reçu de nouvelles du Fou depuis quinze ans…
Mais, pendant un voyage au royaume des Montagnes où il se rend avec Kettricken, le roi Devoir et la reine Elliania, il retrouve la maison qu’occupait jadis son ami avec Jofron, fabricante de marionnettes. Cette dernière lui révèle que le Fou lui a écrit à plusieurs reprises, alors qu’il n’a jamais rien reçu. Une question le taraude alors : et si c’était lui qui avait envoyé en ultime recours la messagère assassinée ?

Détails techniques :

Pygmalion Éditions
Fantasy
384 pages (format broché)
21,90€ format broché, 14,99€ format ebook
Premier tome d’une série de 6 (qui était à la base une trilogie, merci Pygmalion pour ce découpage…)

Mon avis :

Plonger à nouveau au coeur des Six Duchés et en compagnie de Fitz, c’est comme de revoir de vieux amis après des années d’éloignement. On se raconte nos vieux souvenirs, quelques anecdotes croustillantes, on revit ce passé commun et on décrit aussi les années qui ont passé depuis notre dernière rencontre. Bref, du pur plaisir.

Encore une fois, Pygmalion a découpé chaque tome de cette trilogie en deux. Nous faisant languir et débourser un peu plus. Cette première partie sert donc d’introduction à l’agitation que l’on pressent pour le second tome. Celui-ci est plutôt lent, du fait de tous ces rappels sur l’univers des Six Duchés et le rôle que Fitz a joué dans l’histoire politique de ce monde. Fitz vit désormais son rêve : être aux côtés de Molly. Pourtant, on sent qu’il se voile la face et ce dès le début. Son loup lui manque, bien que le Vif ait gardé son caractère en mémoire. Plus encore, le Fou lui manque terriblement. Il était son seul véritable ami, la seule personne à qui il pouvait se confier sans crainte. Et Fitz est plus que jamais abattu de n’avoir reçu aucune nouvelle de sa part depuis des années.

Si la profonde solitude de notre héro est mainte fois rappelée au lecteur, non sans augurer la suite des événements, il faut tout de même avouer que « Le Fou et l’Assassin » porte mal son titre. Le Fou a beau être mentionné plusieurs fois, il n’apparaîtra pas dans ce volume. Toute l’attention est concentrée sur le quotidien de Fitz et sa famille. Sa relation difficile avec sa fille Ortie, Molly qui prétend être enceinte, ses travaux de recopiages des manuscrits anciens, l’entretien de la propriété de Flétrybois… bref, des choses banales, au final. Et pourtant, à travers toutes ces petites choses dont on pourrait se foutre complètement, Robin Hobb parvient à nous faire ressentir les émotions de Fitz. J’avoue avoir eu du mal à retenir une petite larme.

J’avoue aussi avoir eu envie de foutre des claques à cet aveugle de Fitzounet, fidèle à lui-même. L’évidence même est sous ses yeux, mais il ne le remarque pas, comme d’habitude. Mais son plus grand défaut fait probablement de lui un personnage attachant dont on ne veut pas se séparer.

La suite, nommée « La Fille de l’Assassin«  (hé merde, rien que ce titre est un spoiler !), sortira en mars 2015. Vivement !

Les avis de…

Baroona

Mon avis du tome 2 – La Fille de l’Assassin

Chronique entrant dans le cadre du challenge SFFF au féminin de Tigger Lilly !

11 réflexions au sujet de « Le Fou et l’Assassin (Robin Hobb) »

  1. J’aurais surement pas le temps de le lire mais quand tu écris :

    « bref, des choses banales, au final. Et pourtant, à travers toutes ces petites choses dont on pourrait se foutre complètement, Robin Hobb parvient à nous faire ressentir les émotions de Fitz. » c’est précisément ce que j’apprécie chez Hobb.

  2. Moi je suis bien embêté car jai du mal à me souvenir des intrigues et dès personnages des cycles précédent…… Je n’ai pas trouver non plus sur le net, un blog qui en parlait😭. Quelqu’un aurait trouver se genre de site?

  3. après avoir lu les trois livres DU FOU, comme je ne me souviens plus des détails de la grande saga, me voici à reprendre la lecture depuis le début…..vais-je m’en sortir? je n’ai pas fini !!

Laisser un commentaire