30 Déc

La trilogie du magicien noir : T3 (Trudi Canavan)

Sonea a beaucoup appris depuis ses débuts. Elle a su gagner le respect des novices, et une place au sein de la Guilde des magiciens. Mais elle aurait aimé ne jamais découvrir certains secrets… Ce dont elle a été témoin dans la pièce souterraine du haut seigneur, ou l’existence d’un vieil ennemi de Kyralie, qui surveillerait la Guilde de près. Quand le haut seigneur lui dévoile son savoir, Sonea ne sait plus qui croire ou ce qu’elle craint le plus. La vérité est-elle aussi terrifiante ? Ou essaie-t-il de la tromper afin qu’elle l’aide à réaliser ses sinistres projets ?

Le premier volet de la trilogie du magicien noir m’avait accrochée. Le second par contre m’a vraiment déçue. Celui-ci est entre les deux.

Contrairement aux deux premiers tomes, j’ai lu ce dernier en version ebook. C’est la première fois que je tombe sur un livre électronique aussi mal conçu. Plusieurs paragraphes par chapitre sont « centrés » et non « justifiés », ce qui n’est pas le cas dans la version papier. Il y a également pas mal de pages à moitié vides sans aucune raison. Sans parler des fautes d’orthographe qui traînent ça et là.

Passée outre ces inconvénients techniques, il y a le scénario en lui-même. Il est bien meilleur que pour le second tome. Evidemment on se doutait déjà que le Haut-Seigneur Akkarin n’est pas le vilain de l’histoire… ça crève les yeux. Néanmoins sont histoire est intéressante. Il y a plus de rebondissements dans ce dernier volet, plus d’action, les intrigues se rejoignent enfin mais bizarrement, le clan de magiciens autodidactes n’apporte finalement pas grand chose. C’est dommage, ça aurait pu être creusé.

Il y a pourtant un gros hic dans ce scénario. Attention il s’agit d’un énorme spoiler : l’histoire d’amour entre Sonéa et Akkarin. Non mais sérieusement… WTF ?! Faut-il vraiment incruster à tous prix une histoire d’amour pour appâter les minettes ? Franchement, je n’y ai pas cru une seconde et ça m’a carrément gavée. Si Trudi Canavan voulait mettre de l’émotion dans son texte, elle n’avait pas besoin de sauter sur le premier prétexte.

Conclusion finale :
Cette trilogie classée fantasy jeunesse est loin d’être un chef-d’oeuvre immanquable. Il y en a qui passent très bien auprès des adultes, pour « Le Magicien Noir », j’ai eu du mal. Je n’irai pas jusqu’à le déconseiller, mais je ne le conseillerai pas non plus.

Laisser un commentaire