25 Août

La ponctuation, les injures et l’écriture

Alors que je suivais un lien posté sur Facebook par Sedenta, je me suis dit « tiens, voilà un sujet qui concerne à peu près tout le monde ! ».

En effet, qui n’a jamais été agacé par les trois points d’exclamation (voir bien plus) à la fin d’une phrase, dans un email professionnel (ou pas), dans un chat, dans un sms, sur un forum ou n’importe où ailleurs ?
Qui ne s’est jamais senti agressé par quelqu’un qui s’adresse à lui uniquement en lettres majuscules ?
Qui n’a jamais eu des maux de tête à tenter de déchiffrer un texte sans la moindre ponctuation ? Une seule longue phrase de plusieurs lignes, rendant la respiration impossible si on la lisait à voix haute.

Avec l’arrivée d’Internet et des SMS, les jeunes ont peu à peu modifié leur orthographe et quasi supprimé leur ponctuation. Dans le même instant, les anciennes générations oubliaient leurs leçons de primaire. Car en effet, on constate que de plus en plus de gens, et pas uniquement les ados d’aujourd’hui, ne connaissent plus leurs règles de grammaire de base. Alors la ponctuation… qu’est-ce qu’on s’en fiche !

Et bien non.
Une phrase longue sera moins ardue à lire, silencieusement ou à voix haute, si elle est entrecoupée de virgules, de points virgules et de points de suspensions utilisés à bon escient. Une petite virgule peu également modifier tout le sens d’une phrase. Si, je vous l’assure.

Exemple :

  • Comme je l’ai promis, ce matin j’ai achevé l’écriture de ma nouvelle.

> J’ai fait une promesse, on ne sait pas quand. Mais c’est ce matin que j’ai achevé l’écriture de ma nouvelle.

  • Comme je l’ai promis ce matin, j’ai achevé l’écriture de ma nouvelle.

> La promesse a été faite ce matin. Mais on ne sait pas quand j’ai achevé l’écriture de ma nouvelle.

Vous avez saisi ?

copiste

La virgule a donc toute sa place dans une phrase. De même que le point d’exclamation, bien sûr !
Ce dernier est utilisé pour mettre l’accent sur ce qui vient d’être dit. Les mots qui précèdent le point d’exclamation sont importants et on tient à le faire remarquer. Mais il n’est pas nécessaire pour cela d’en mettre plus d’un… car dans ce cas c’est comme si vous deveniez hystérique. Est-ce vraiment le message que vous voulez faire passer ?
Par SMS, sur Facebook ou sur le net en général, ce n’est pas bien grave (quoique cela puisse agacer certaines personnes). Mais dans un domaine professionnel, c’est carrément pas crédible.
Même chose pour les trois points de suspension. Utilisés avec parcimonie, ils sont utiles pour indiquer un arrêt dans une pensée ou un geste, une hésitation ou remplacer un « etc. ». Mais à chaque fin de phrase, ils perdent tout leur sens, font moche sur la page et lassent le lecteur.

Plus d’info, d’exemples mais également l’histoire de la ponctuation sur www.la-ponctuation.com

Autre lecture, toutefois elle aussi liée à l’écriture : l’orthographe des injures.

Dans un livre comme ailleurs, on rencontre parfois (souvent ?) quelques injures. C’est permis. Si ça n’est destiné à personne en particulier, ça nous fera même sourire. Mais personnellement, lire une injure mal orthographiée, ça me pique les yeux. Celui qui veut être vulgaire, grand bien lui fasse, mais qu’il le fasse au moins correctement. Par respect pour lui-même et pour éviter de passer pour un crétin.

Le dernier numéro du webzine « Génération Ecriture », paru en juin, donne quelques exemples joliment illustrés.

gen_ecriture

Si je publie cet article, ce n’est pas que je me prétende écrivaine hors pair. Je fais des fautes, des grosses, des horribles fautes. Beaucoup. Souvent. Mais chaque fois que j’en repère une ou que l’on me fait remarquer mon erreur, je tente d’apprendre le pourquoi du comment à fin de ne plus la répéter.
Aujourd’hui, peu de gens en prennent la peine et c’est bien dommage. Les gens ki ecriv com sa ne srende pas conte qu’ils passent vraiment pour des cons, et qu’en plus le lecteur doit faire un effort incommensurable pour déchiffrer ce langage archaïque.

2 réflexions au sujet de « La ponctuation, les injures et l’écriture »

  1. J’aimerais apporter une petite précision, si cela est permis, à propos de « etc. » Pour commencer, même si cela semble dit implicitement (puisqu’ils les « remplacent »), « etc. » n’est jamais suivi des trois petits points. D’autre part, l’emploi de « etc. » signifie que l’on est en mesure de poursuivre l’énumération qui le précède.
    Par exemple : « La corbeille de fruits contenait des pommes, des bananes, des poires, etc. » ce qui peut être remplacé par « La corbeille de fruits contenait des pommes, des bananes, des poires, des pêches, du raison et des cerises. »

Laisser un commentaire