9 Jan

Du sel sous les paupières (Thomas Day)

Saint-Malo, 1922. Sous la brume de guerre qui recouvre l’Europe depuis la fin de la Grande Guerre, Judicaël, seize ans, tente de gagner sa vie en vendant des illustrés. Mais, pour survivre et subvenir aux besoins de son grand-père, il lui arrive de franchir légèrement les bornes de la légalité. Jusqu’au jour où il rencontre la belle Mädchen. Et lorsque celle-ci disparaîtra, Judicaël fera tout pour la retrouver, en espérant qu’elle n’ait pas croisé la route d’un énigmatique tueur d’enfants surnommé le Rémouleur.

Ce titre ayant reçu d’excellentes critiques de la blogosphère, il m’intriguait pour son mélange des genres : steampunk, uchronie et mythologie celtique (voire fantasy ?). La soupe est bonne et loin d’être indigeste !

Le livre est découpé en trois parties, mais il y en a surtout deux importantes à retenir : Saint-Malo et Guernesey.

Saint-Malo. Ca commençait très bien pour moi avec quelques souvenir de vacances dans la vieille ville. J’entamais donc ma lecture avec un esprit positif. Pourtant, les 80 premières pages ne m’ont pas emballée. Je me demandais où était l’imaginaire là-dedans, si ça n’était pas finalement que quelques légendes contées ça et là à travers le bouquin.

Puis arriva la rencontre avec le Rémouleur. Si on en parle depuis le début, c’est forcément qu’on va le croiser, le coco. Et arrive avec lui une vague steampunk qui fait du bien. Bien qu’il s’agisse d’un personnage secondaire, il est très attachant et peut-être mieux conçu que le personnage principal, qui finalement, parait plutôt plat.

L’uchronie puise toute sa force des chapitres qui suivent avec la recherche de Mädchen. Des secrets troublants, horribles mêmes, sont dévoilés alors que l’action prend forme.

Enfin vient le séjour à Guernesey, la visite de la bibliothèque (que j’aurais voulu visiter autrement qu’en pensée) et la découverte d’un autre monde. Un monde féerique qui peut-être à la fois bon et terriblement violent (petit moment culturel : les fées étaient autrefois considérées comme des êtres malfaisants).

Du sel sous les paupières est une histoire proche des contes pour enfants, mais travaillé pour des yeux d’adultes. Certaines scènes sont carrément dérangeantes d’un point de vue éthique. Thomas Day a su les rendre lisibles pour tous, avec brio.

challenge francofou 25

Une lecture qui m’inscrit dans un nouveau challenge : le Winter Mythic Fiction de Lhisbey !

Les avis des autres :

Le Dragon Galactique
La Grande Bibliothèque d’Anudar
RSF Blog
Quoi de neuf sur ma pile ?
Les lectures de Cachou
Welcome to Nebalia
Les Murmures d’A.C. de Haenne

11 réflexions au sujet de « Du sel sous les paupières (Thomas Day) »

Laisser un commentaire