5 Août

Critique : webzine Absinthe n°3

Encore un webzine ?!

Oui. C’est gratuit, plein de belles illustrations et de petits textes d’auteurs à découvrir et c’est aussi très vite lu. Alors quand j’en trouve un qui tourne autour de la SFFF, je n’hésite pas !

Je découvre Absinthe avec son n°3 dont le thème est « l’Habit ne fait pas le Héros ». Alors eux, ils font fort. Un webzine par mois ! Ce qui signifie : plein d’appels à textes. Miam.

Je suis donc en retard pour ma chronique sur le n°3 puisque le n°4 est déjà sorti et que le n°5 ne va pas tarder. Mais qu’importe ! Encore une fois, je ne donnerai mon avis (très personnel) que sur les nouvelles. Sachez toutefois qu’un petit texte sur le « génie créatif » suit l’édito et est très révélateur sur « la vie d’artiste ». Toute une liste de poèmes suivent les nouvelles, mais, n’étant pas le moins du monde versée dans cet art, je préfère m’abstenir d’en parler. A vous de les découvrir.

Lola, par Shalmeth

Lola est le nom que j’ai donné à cette divine statue guerrière ornant la place face à mon appartement. Tous les jours je m’en approche, fasciné, et je me mets à lui parler. Qu’importe les rires moqueurs des passants…

Une page et demi à peine. Le personnage principal n’a même pas de nom. Et pourtant, Shalmeth parvient à créer une superbe chute sur les dernières lignes. Comme quoi, il n’y a pas besoin de descriptions abondantes et (parfois) superflues pour qu’un texte soit bon.

Le Fondateur et l’Anorak, par Frédéric Pieters

Le journal du Fondateur explique comment il a fondé Diaphania, sa ville translucide où règne la Vérité. En parallèle à ce rêve de perfection, un cauchemar chargé de Mensonge s’infiltre dans Diaphania, menaçant de tout détruire. Qui est cette petite fille à l’Anorak qui rend opaque cette grande verrière ?

Un sujet osé et difficile à traiter, mais brillamment amené. Pourtant, je n’ai pas accroché. Non pas à cause du sujet lui-même, mais de cette tirade qui n’en fini pas sur la Vérité.

Manius, par Pascal Lemaire

Suite à une malencontreuse chute à cheval, Manius tombe dans un profond coma. Alors que sa famille tente le tout pour le tout afin de le faire revenir à lui, Manius lutte contre les monstres légendaires liés aux divinités de l’Olympe. Est-ce un rêve ou la réalité ?

L’empire romain, l’Olympe et ses dieux, le latin. Trop de latin. Entre les noms des personnages et les termes techniques de l’époque, j’ai cru avoir affaire à un cours sur l’histoire de Rome (enfin… de la vie à cette époque). Pascal Lemaire se débrouille très bien, je le soupçonne d’ailleurs d’être prof d’histoire, de latin ou un truc du genre, tant il maîtrise le sujet. Mais… ça ne m’attire pas. Désolée.

La Métis dans la Peau, par Laurent Pendarias

Une bête étrange s’en prend aux habitants d’un petit village, depuis quelques temps. Les murmures la nomment tantôt « loup-garou », tantôt « galipote ». Excédé, le bourgmestre demande l’aide d’un clerc de passage…

Cette fois on ne peut pas être plus proche du thème de ce n°3 d’Absinthe !
Simple et pourtant brillant. Belles références. Bravo !

La Vertu Retrouvée, par Allen Elone

L’humanité est en péril. Une pandémie meurtrière s’est répandue à travers tout le globe. Une poignée de scientifiques ont localisé le premier porteur du virus, mais ils ont besoin d’une personne très particulière pour pouvoir éradiquer la maladie dans l’œuf.

Wiiiii ! Fabuleux ! Excellente idée !
Enfin une histoire de zombies pas comme les autres ! On commence à se douter de la chute finale à partir des 2/3 de la nouvelle, mais cela n’enlève en rien le plaisir de la lire.

Les 6 autres nouvelles seront chroniquées d’ici fin de semaine. A bientôt !

JLNNChronique rédigée dans le cadre du challenge JLNN de Lune.

Laisser un commentaire