4 Juin

Critique : Les Femmes (Mots & Légendes n°8)

Bienvenue au Royaume des Mots Rêveurs.
Bienvenue dans un monde de mots & légendes.

Le thème de ce huitième webzine porte sur : la femme.

Au sommaire, sept nouvelles illustrées par des illustrateurs de talent ; ainsi qu’une présentation de chaque artiste.

Il s’agit d’un webzine dont je découvre l’existence grâce à la dernière nouvelliste : Dana B. Chalys, aussi appelée Sedenta.

Comme d’habitude, vous trouverez mon avis très subjectif sur chaque nouvelle ci-dessous.

Initiation, par Anne Rossi :

Mahala est à l’aube de ses 16 ans, il est grand temps pour elle de faire un choix. Acceptera-t-elle le fardeau de Femme Sage, ou choisira-t-elle une vie de famille aux côtés de son ami d’enfance ?

Anne, tu as une nouvelle fan.
Ce texte est vraiment d’une très grande qualité ! Tant sur l’écriture proprement dite que sur l’histore de Mahala et de son combat intérieur. Le thème de la femme ayant à choisir entre sa carrière et sa famille est ici brillamment transposé avec Mahala au sein de sa tribu. Bravo !

La chose qui pensait, par Didier Reboussin :

Lorsqu’un touriste français visite Bali et ses bassins d’eau chaude, il est loin de se douter qu’une chose enfouie sous terre va lui faire connaître l’amour de sa vie.

Respect. Respect pour cette belle écriture, pour cette variété de thèmes abordés dans un texte aussi court, pour les émotions suscitées par les mots. La femme abordée dans un décor actuel aux reflets de SF.
Merci monsieur Reboussin.

La ménestrel des steppes, par Loïc Henry :

Une ménestrel se rend au château de Pragues pour y exprimer son art. Comme les autres ménestrels, elle pense être l’élue.

Deux époques se chevauchent, l’une historique, l’autre fictive. Loïc Henry parvient à exprimer la musique avec des mots, alors qu’il s’agit pourtant de morceaux sans paroles. Tout cela à travers des faits historiques réels.
J’ai par contre eu du mal à cerner le thème de la femme dans cette nouvelle. Suffit-il que le personnage principal soit une femme ? Ça me parait léger.

Parfum de Femme, par Thomas Spok : 

Un sous-lieutenant s’enivre avec son ami à une taverne pour noyer son chagrin dans l’alcool. Sa maîtresse au si doux parfum ne désire plus sa présence. L’ami pénètre la demeure de la prêtresse avec la ferme intention de venger Marcens…

Mouai. Pour deux hommes complètement saouls, je trouve qu’ils parlent drôlement bien. Avec un riche vocabulaire et des phrases très poétiques. J’ai rarement entendu parler un ivrogne comme ça. En vérité, je n’ai jamais entendu parler personne comme ça. Ce texte semble tout droit sorti du XIXe siècle. Je n’ai pas accroché.

Nouveau départ, par Alice Mazuay :

Illustration par Sedenta
Illustration par Sedenta

Ninnog est le fruit d’un viol. Celui du maire sur une sorcière du village. Elle le sait, tout le monde le sait. Mais, en quête de vérité, elle décide toutefois de partir à la recherche de sa mère.

Une nouvelle décrivant la naissance d’une sorcière, avec pas mal de références celtiques. Elle se lit vite et bien, mais elle sonne un peu comme l’introduction d’un récit plus long. Peut-être même d’un roman. A quand la suite ?

 

Ouf… heu, je comptais ne faire qu’un seul article pour ce webzine Mots & Légendes n°8, mais vu la longueur de la nouvelle précédente, je me vois dans l’obligation de scinder ma chronique en deux parties. Je n’aurai certainement pas le temps de finir ma lecture avant fin de semaine, malheureusement.

On se retrouve vendredi soir (ou samedi matin), pour « Retour aux sources » et « Les lamentations du désert » !

JLNN

Chronique rédigée dans le cadre du challenge JLNN de Lune.

4 réflexions au sujet de « Critique : Les Femmes (Mots & Légendes n°8) »

  1. Bah, dans une certaine mesure j’essayais de renvoyer à la littérature du XIXe. C’est un exercice futile, mais enfin pas complètement raté si je me fie à ta réaction. On se console comme on peut !

Laisser un commentaire