9 Sep

Critique : Le Livre Perdu des Sortilèges – Deborah Harkness

Deborah Harkness
Le Livre Perdu des Sortilèges
Tome 1

livre sortilegesQuart de couverture:

Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.

Deborah Harkness est professeur à l’université de Californie du Sud. Best-seller international,   Le Livre perdu des sortilèges   est en cours d’adaptation cinématographique. Premier roman de l’auteur, il mêle avec brio passion et sensualité, réalisme et fantastique, quête ésotérique et suspense.

 

Au commencement étaient
l’absence et le désir.

Au commencement étaient
le sang et la peur.

Au commencement était
le livre perdu des sortilèges.

Livre de catégorie « Fantastique », prix des lecteurs selection 2012, environs 800 pages. Mon père venait d’achever sa lecture et il l’avait beaucoup aimée. Pourquoi pas, me suis-je dit.

Je l’ai dévoré en une semaine.

Il s’agit d’un mélange des genres : bit-lit, science-fiction, fantasy, histoire, …
Quatre types de créatures vivent sur notre planète bleue : les humains, les sorciers, les démons et les vampires. Diana Bishop est la descendante d’une des plus puissantes familles de sorciers, mais elle a refoulé sa magie et ne veut pas en entendre parler. Jusqu’au jour où, pour ses recherches scientifiques, elle va découvrir un livre scellé par magie nommé « Ashmole 782 ». Livre que toutes les créatures convoitent car il renfermerait le secret de leur existence.

Matthew Clairmont, vampire et scientifique également, passait par là (comme par hasard) et s’est évidemment épris de la belle sorcière blonde.
Bon, ok. Là ça ressemble un peu à Twilight. J’avoue. Mais c’est tout de même d’un autre niveau. Tout n’est pas basé uniquement sur leur histoire d’amour impossible (car les créatures ne se supportent pas entre-elles).
Il y a la découverte de ces créatures, de leur mode de vie respectives. Mais aussi beaucoup d’énigmes historiques et d’allusion à de grands noms du passé. Car en tant que vampire, Matthew a connu du beau monde durant ses siècles d’existence : Darwin, Newton, les Templiers, quelques poètes dont j’ai oublié le nom, …

Les personnages principaux étant tous deux scientifiques, nous sommes évidemment bombardés de références, mais également d’hypothèses. Diana est professeur et historienne spécialisée dans l’alchimie aux siècles passés. Matthew est plutôt laborantin. Avec son équipe, il analyse l’
ADN des différentes créatures pour analyser leurs pouvoirs mais également leurs lignées, leurs origines… et les possibles croisements entre-elles.

Ce livre nous fait également voyager. La première partie se déroule à Oxford, entre bibliothèque et université. La seconde partie nous mène en France, dans le château de Sept-Tours (qui existe vraiment !), fief de la famille Clairmont. Quant à la dernière partie, nous traversons l’atlantique pour visiter à Madison, aux Etats-Unis.

7tours
Cette dernière partie, chez les tantes de Diana, m’a étrangement fait penser à la série télévisée « Sabrina, l’apprentie sorcière ». Non seulement parce que Diana est une sorcière qui ne maîtrise pas ses pouvoirs, mais également à cause de ses deux tantes et de cette maison qui semble dotée d’une vie propre.

Quelques touches d’humour ne sont pas pour déplaire, en particulier dans la troisième partie. La première peut paraître un peu longue et sans beaucoup d’action, cependant les deux autres tiers du livre rattrapent bien vite cette longueur.

Je conseil ce livre à tous les amoureux des sciences, de l’étrange et de l’histoire du XVe siècle.

Le second tome sort en version française ce 12 septembre et se déroulera à une autre époque. Je n’en dis pas trop au risque de spoiler, mais autant vous dire que j’ai déjà commandé « L’Ecole de la Nuit » !

Une réflexion au sujet de « Critique : Le Livre Perdu des Sortilèges – Deborah Harkness »

Laisser un commentaire