6 Oct

Critique : La Porte – tome 3 (Anthony-Luc Douzet)

Anthony-Luc Douzet
La Porte
Tome 3

la_porte_3Quart de couverture du tome 3 « Metamorphosis »:

1452-1999-2008

Rien n’avait préparé l’agent d’Europol Richard Pleasance à une si brutale descente aux enfers…

La Porte au Lion, tombeau d’un prince roumain vient d’être profanée, alors que le lieu est réputé
scellé pour l’éternité.

Qu’ont en commun Brasov modeste village roumain fin 1999,un alchimiste maudit du XVème siècle
et une sanguine cambrioleuse dans un Pékin festif début 2008 ?

Un gouffre d’éternité sépare tous ces éléments.
Et pourtant, une clef les unit. Une macabre vérité.

LA SUPPORTEREZ-VOUS ?

Ce troisième tome se lit plus vite encore que les précédents. Pourquoi ? J’hésite encore entre l’envie d’en savoir plus et l’envie de fuir ces pages qui terrifient le lecteur. Attention, fuir ces pages chargées de macabres découvertes et de tension intense non pas parce qu’elles sont mauvaises, mais parce que, prisonnier de l’intrigue, le lecteur a tendance à vouloir arriver à un endroit un peu plus calme pour reprendre son souffle.

Le hic, voyez-vous, c’est qu’il y a bel et bien ces lieux plus reposants pour le lecteur, mais on n’y reste pas longtemps. Et la course reprend… jusqu’à la dernière page.

Le second tome m’avait un peu déçue, mais celui-ci relève le niveau. Bien sûr, il y a encore quelques points cousus de fil blanc. Cependant je les ai trouvés moins nombreux que dans « Blanche Tepes ». Les révélations vont bon train : on sait à présent qui est Marylin, qui est aussi le tueur de la clairière au lion, et de quoi est capable la mystérieuse boule rouge.

Personnellement, je m’intéresse surtout à la trame qui se déroule au XVe siècle. Peut-être est-ce du à mon goût pour le médiéval-fantastique, à l’histoire de nos régions en ces temps reculés ou tout simplement car c’est à ce moment que tout commence pour les protagonistes de « La Porte ». Toutefois, les deux autres trames de l’histoire ne sont pas dénuées d’intérêt. Plus proches d’aujourd’hui, ces deux époques nous révèlent leurs propres secrets ainsi que les évolutions qui ont eu lieux depuis le XVe siècle, voir même ce qui n’a pas changé depuis.

 Le lien entre les trois époques s’intensifie, mais nous ne sommes pas encore arrivés au feu d’artifice qui révèlera tous les secrets de « La Porte ». Car en effet, l’auteur prévoit 7 tomes au total pour cette saga. Cela me parait beaucoup et j’ai un peu peur qu’Anthony-Luc Douzet ne tire trop en longueur.

Laisser un commentaire