7 Août

Critique : La Porte – tome 2 (Anthony-Luc Douzet)

Anthony-Luc Douzet
La Porte
Tome 2

la_porte_2Quart de couverture :

1452-1999-2008
Rien n’avait préparé l’agent d’Europol Richard Pleasance à une si brutale descente aux enfers…
La Porte au Lion, tombeau d’un prince roumain vient d’être profanée, alors que le lieu est réputé scellé pour l’éternité.
Qu’ont en commun Brasov modeste village roumain fin 1999,un alchimiste maudit du XVème siècle et une sanguine cambrioleuse dans un Pékin festif début 2008 ?
Un gouffre d’éternité sépare tous ces éléments.
Et pourtant, UNE CLEF les unit.
Une macabre vérité.
LA SUPPORTEREZ-VOUS ?

Difficile de parler de ce second tome sans faire de spoiler. Je vais cependant essayer d’établir une critique sans trop en dévoiler.

Ce livre-ci m’a paru plus court. Probablement lié au fait qu’il y a moins de chapitres, mais d’une longueur plus conséquente. Et puisque j’ai tendance à arrêter ma lecture uniquement à la fin d’un chapitre… (sauf urgence)

Ce second volet démarre sur les chapeaux de roues. Le lien entre les trois époques et tous ces personnages est tissé, mais il reste difficile d’atteindre le centre de la toile. De nombreuses questions restent en suspend, certaines trouvent réponse, d’autres questions se créent. Le suspense est toujours là, il nous ronge, nous fait tourner les pages…
Il y a de l’action, peut-être même plus que dans « La Porte au Lion ». Cependant il y a certains retournements de situation qui sont attendus, comme la scène dans les entrepôts en Chine : on se doute comment cela va finir.

On commence également à comprendre ce qu’il s’est passé dans cette fameuse villa entourée de champs de tulipes blanches. Cependant là est la plus grosse faille, selon moi : toute cette histoire est dévoilée trop vite, trop facilement. Pourquoi diable cet homme en dirait si long sur son atroce et étrange passé à un parfait inconnu ? Simplement parce qu’il s’intéresse à l’alchimie ? Cette explication est trop simple à mon goût.
Aussi, c’est ici que nous entrons véritablement dans la partie fantastique de la saga « La Porte ». On ne peut plus le nier. C’est d’ailleurs un peu dommage qu’il s’agisse d’une révélation aussi catégorique. J’aimais mieux lorsque le doute planait, lorsqu’il était encore possible d’y croire pour de bon.

De nouveaux personnages font leur apparition tandis que d’autres disparaissent et ça n’est pas pour déplaire. Cela donne un autre goût à la lecture, car effectivement, ces nouveaux venus sont très différent de ceux que l’on a croisé jusque là. Il est cependant dommage que chaque personnage d’apparence quelconque se révèle être un futur pilier de l’histoire. Quelques personnages secondaires (voir même des figurants) n’auraient pas été de trop.

Conclusion :
Un peu déçue par ce second tome. Il se lit vite et bien, c’est un bon moment de lecture, mais rien d’inoubliable.

Une réflexion au sujet de « Critique : La Porte – tome 2 (Anthony-Luc Douzet) »

Laisser un commentaire