18 Juil

Critique : La Porte – tome 1 (Anthony-Luc Douzet)

Anthony-Luc Douzet
La Porte
Tome 1


La_Porte_1Quart de couverture :

1452-1999-2008
Rien n’avait préparé l’agent d’Europol Richard Pleasance à une si brutale descente aux enfers…
La Porte au Lion, tombeau d’un prince roumain vient d’être profanée, alors que le lieu est réputé scellé pour l’éternité.
Qu’ont en commun Brasov modeste village roumain fin 1999,un alchimiste maudit du XVème siècle et une sanguine cambrioleuse dans un Pékin festif début 2008 ?
Un gouffre d’éternité sépare tous ces éléments.
Et pourtant, UNE CLEF les unit.
Une macabre vérité.
LA SUPPORTEREZ-VOUS ?

Anthony-Luc Douzet s’est ajouté je ne sais trop comment à ma liste d’amis sur Facebook, printemps 2012. Voyant qu’il était écrivain, j’ai accepté. Ça ne fait jamais de tort d’avoir des écrivains parmi ses amis. Totalement inconnu de ma personne, je me renseigne sur ce jeune auteur. Il s’avère que sa trilogie « La Porte » est n°1 des ventes sur Amazon en catégorie Thriller/Fantastique. Ah ! Moi qui cherchais justement quelque chose à lire en version électronique pour tester le Kindle, ça tombait bien !
J’ai donc profité d’une promo et ai acquis chaque livre pour la modique somme de 0,89 € chacun. Vu le prix et la qualité de l’écriture tout comme de l’histoire et des multiples illustrations, ça valait vraiment la peine.

AL Douzet


Soyons clairs : les romans policiers, c’est pas mon truc.

*mode divan on* Il faut probablement remonter à mon adolescence pour comprendre le traumatisme qui m’a dégoutée du polar : notre prof de français, grande fan de G. Simenon, nous a fait lire du policier pendant 2 ans. *mode divan off*
Mais au sujet de « La Porte », c’est différend. Déjà, il y a une part de fantastique étroitement liée aux différentes histoires. Car oui, il y en a trois. Chaque chapitre est morcelé en trois parties : la première relate les aventures d’un jeune crétois du XVe siècle, la seconde nous fait enquêter aux côtés d’un agent d’Europol en Roumanie en 1999 et la troisième nous confronte à l’impétueuse Maryline, cambrioleuse mystérieuse aux étranges pouvoirs peu avant les jeux olympiques de Pékin en 2008. On sent qu’A-L Douzet a fait de nombreux voyages et qu’il a étudié les lieux et leurs histoires à fond avant de se lancer dans l’écriture de ce roman.

Des lieux et des dates très éloignés. Peu à peu, quelques indices disséminés ça et là nous aident à faire le lien entre ces différentes histoires. Cependant on ne trouvera le fil rouge (rouge, c’est le cas de le dire…)
que dans les dernières pages. Le sujet véritable est brillamment caché jusqu’à la fin, et encore… on ne se pose toujours mille questions à son sujet.

Le côté polar n’est présent qu’aux côtés de Richard, l’agent d’Europol. Et encore, A-L Douzet nous décrit le personnage comme étant vraiment très humain. Nous sommes bien loin de « Les Experts » et de leurs analyses scientifiques à la pointe du progrès-qui-existe-à-peine. Tout cela est très réaliste. On ne se prend pas spécialement d’affection pour l’un ou l’autre personnage, ça n’est pas le but. Par contre, l’intrigue est si bien amenée qu’on se retrouve à la dernière page très très vite, et on en redemande.01

Le côté fantastique est omniprésent. Des fantômes ressurgis du passé, un meurtre d’une puissance phénoménale et inexpliquée, une femme invisible et sur qui les balles ne font aucun dégât : voici un petit exemple de ce qui vous attend si vous osez franchir La Porte…

De mon côté, je m’apprête à ouvrir la deuxième.

4 réflexions au sujet de « Critique : La Porte – tome 1 (Anthony-Luc Douzet) »

  1. Je viens de lire votre critique. L’auteur s’est abonné à mon blog Plume & Ratures via twitter et m’a contacté. J’étais donc en recherche de ses écrits pour me faire une idée du genre. J’ai aimé votre article. Précis, concis. Il m’a donné un idée précise de sa saga. Merci. Cdlt Tamara.

    1. Merci pour votre commentaire !
      Si j’ai effectivement beaucoup apprécié ce premier tome empreint de mystères, j’ai toutefois décroché au bout du troisième. Mais bon, à chacun de se faire sa propre opinion 🙂

      1. merci pour votre réponse. C’est un peu le problème des sagas. Les 2/3 premiers peuvent être intéressants , les suivants ressasser et très peu d’intrigues. Cdlt

Laisser un commentaire