10 Sep

Contrepoint (anthologie)

contrepoint_FINALPeut-on écrire des histoires dans lesquelles il n’y aurait ni guerre, ni conflit, ni violence ?
Un vrai défi qu’ont relevé avec talent, sensibilité et humour neuf des plus belles plumes de l’imaginaire en France sous la direction de Laurent Gidon.

 

 

 

 

 

Détails techniques :

Editions ActuSF
131 pages
« Cet ouvrage vous est offert pour deux titres Actusf achetés. Il ne peux être vendu. » (sorry)

Mon avis :

Acquis selon les conditions citées plus haut en novembre 2014, ce petit livre a quitté ma PAL fin août, grâce au combo de challenges CRAAA et S4F3.

En relisant le quart de couverture, j’ai de suite été interpellée. Toutes les infos glanées ça et là sur le web (et ailleurs) le disent : la base de l’écriture, c’est un conflit. Pas d’histoire sans problème, sans obstacle, sans… conflit. Si tout se passe bien dans le meilleur des mondes, quel intérêt d’en parler ?
C’est un défi très intéressant et c’est avec une grande curiosité que je me suis plongée dans ces neufs nouvelles.

L’amour devant la mer en cage – Timothée Rey

Probablement la nouvelle avec laquelle j’ai le moins accroché. L’auteur nous ballade dans un monde extrêmement futuriste où la plupart des actes et émotions qui font de nous des êtres humains ont été abolis. D’ailleurs, s’agit-il vraiment d’humains ou d’une sorte d’extraterrestre-cyborg ? Je n’ai pas réussi à le déterminer. L’un de ces êtres ressent pourtant quelque chose d’inhabituel. Une sorte de besoin. Il part avant la fin du psalme et se dirige vers la mer où il semble être attendu.
Pour être tout à fait honnête : je n’ai rien compris à ce texte ! Trop de charabia.

Le chercheur de vent – David Bry

Aerssen vient de fêter ses 10 ans. Comme pour chaque enfant du peuple des Ailés, il est temps pour lui de défaire ses liens, de libérer ses ailes et de trouver le vent.

Un joli petit texte tout en légèreté et en poésie. Très agréable.

Petits arrangements entra-galactiques – Sylvie Lainé

Lorsqu’un astronef de fret fait naufrage sur une planète aux autochtone plutôt hostiles, l’unique être humain à son bord se voit obligé de faire des compromis pour sa survie.

Si j’ai toujours un peu de mal à imaginer ces étranges bestioles, je fais volontiers l’impasse là-dessus tant cette nouvelle atypique a pu me faire sourire.

Nuit de visitation – Lionel Davoust

Un cancéreux en phase terminale médite sur sa condition de malade, sur son entourage, ses amis, son passé. Lorsqu’il reçoit la visite d’un ami perdu des décennies plus tôt lui rend visite, il n’en croit pas ses yeux : celui-ci n’a pas pris une ride !

En regard de l’appel à texte pour cette anthologie, cette nouvelle est pour moi ratée. Ratée dans le sens où il y a pourtant bien un conflit. Passé, interne, de conscience… mais il y a conflit.
A côté de ça, le texte se lit vite et bien. Les personnages sont bien typés et on retrouve le phrasé de Lionel Davoust auquel on ne peut que succomber.

Tammy tout le temps – Laurent Queyssi

Je ne parviens pas à décrire cette nouvelle. J’ai beau essayer, je n’y parviens pas. Je manque probablement de référence.

Tippecanoe, moi, ça ne me dit absolument rien.
Le texte parle d’une chanson. Wikipédia d’une rivière et d’une grande bataille. Bon.

Tout ce que j’ai compris, c’est qu’un couple entre dans Tippecanoe et que chacun semble revivre des scènes de son propre passé. Ils peuvent aussi décider de les oublier (si j’ai bien compris).

Bon sang, je l’ai même lue deux fois. Je dois avoir le cerveau mou.
Ou alors ce récit est trop tordu pour moi.

Avril – Charlotte Bousquet

Une androïde archéologue est chargée de fouiller une zone déserte et sablonneuse. Elle y fait la découverte d’une femme momifiée par le temps. Une femme qui revient peu à peu à la vie.

Une simple histoire d’amour entre deux êtres improbables. Joliment rédigé mais il manque un je ne sais quoi pour le rendre mémorable.

Permafrost – Stéphane Beauverger

Différentes tribus s’entre-déchirent en permanence. Mais le déclin s’abat sur chacune. Alors, Ogam le joueur de tambour les rassembla afin de trouver une solution pour la survie des clans.

Encore un auteur qui, pour moi, a raté son paris. L’histoire démarre suite à des conflits. Et lorsque les clans sont rassemblés dans le but de cesser ces conflits, un nouveau jaillit dans une belle démonstration de violence.
Si j’en comprends fort bien le but (ça m’a d’ailleurs fait penser, dans une moindre mesure, au « sentier d’or » de l’Empereur Dieu de Dune), et si j’ai apprécié cette nouvelle, elle n’a pour moi rien à faire dans cette anthologie. Mais cela dépend sans doute des points de vue.

Mission océane – Xavier Bruce

Une créature extraterrestre s’est réfugiée dans une grange. Un soldat est tiré au sort pour aller à sa rencontre puisque personne n’ose s’en approcher.

L’auteur a tout misé sur le mystère, la découverte, l’étrange. Le lecteur est parcourut des sensations que ressent ce soldat. Bien décrit, bien écrit.

Semaine utopique – Thomas Day

Thomas Day, faute d’inspiration, a décidé de nous décrire la semaine qu’il a vécue avant de rentre son texte. C’est du moins ce qu’il veut nous faire croire…

Complètement délire ! Là je peux dire que ça m’a bien fait rire.
La vie d’un écrivain, c’est pas toujours simple… 😉

Conclusion :

Contrepoint est une anthologie un peu bancale. Tous les textes n’ont pas fait leurs preuves. Si certains me sont plus sympathiques que d’autres, aucun, si ce n’est « Semaine Utopique » de Thomas Day pour son délire total, ne me restera en mémoire très longtemps. Est-ce une preuve qu’une bonne histoire a vraiment besoin de « conflit » pour être attrayante, ou au moins mémorable ? Je ne sais pas trop. Le sujet m’intéresse toujours et je vais probablement partir à la recherche d’autres ouvrages du même genre.

Les avis des Blogopotes :

Lorhkan, RSF Blog, Xapur, La Prophétie des Ânes, Nevertwhere

Challenges :

Challenge Summer Short Stories

Cette chronique entre dans le cadre des challenges S4F3 de Xapur et le CRAAA de Cornwall.

4 réflexions au sujet de « Contrepoint (anthologie) »

Laisser un commentaire