18 Jan

Le Fou et l’Assassin (Robin Hobb)

le-fou-et-l-assassinFitzChevalerie Loinvoyant, bâtard de la famille régnante des Six-Duchés et assassin royal à la retraite, coule des jours paisibles dans sa propriété de Flétrybois avec son épouse Molly et ceux de leurs enfants qui ne sont pas encore partis de la maison.
Mais, lors d’une fête de l’Hiver, trois inconnus se présentent en se disant ménestrels puis s’enfuient dans une tempête de neige, tandis que, la même nuit, une messagère envoyée à Fitz disparaît dans d’inquiétantes circonstances sans avoir eu le temps de lui remettre son message.
Fitz voit sa vie se défaire, ses enfants s’en aller, sa femme vieillir et sombrer dans la démence, se découvrant enceinte à plus de cinquante ans, alors que lui garde toute sa jeunesse et son ardeur grâce à l’Art. Et il se désole de n’avoir plus reçu de nouvelles du Fou depuis quinze ans…
Mais, pendant un voyage au royaume des Montagnes où il se rend avec Kettricken, le roi Devoir et la reine Elliania, il retrouve la maison qu’occupait jadis son ami avec Jofron, fabricante de marionnettes. Cette dernière lui révèle que le Fou lui a écrit à plusieurs reprises, alors qu’il n’a jamais rien reçu. Une question le taraude alors : et si c’était lui qui avait envoyé en ultime recours la messagère assassinée ? Poursuivre la lecture

10 Jan

Trois oboles pour Charon (Franck Ferric)

 

 

Poursuivre la lecture

20 Nov

American Fays (Xavier Dollo & Anne Fakhouri)

american faysCe Chicago de 1925 a tout du chaudron prêt à exploser ! Entre les Leprechauns mouillés dans la fabrication de faux billets et les gangs qui s’activent en coulisses pour s’emparer des marchés de l’alcool et des speakeasies, autant dire qu’il y a de l’orage dans l’air. Et tandis qu’Al Capone tente de retrouver son influence sur la ville, voilà que des Drys, farouches partisans de la Prohibition, sont atrocement assassinés.

Scarface devient, aux yeux des autorités, le suspect idéal. Furieux et persuadé que les Fays sont dans le coup, il charge une bande de chasseurs de Fays, les No Ears Four, de débusquer les véritables coupables.

Pour Old Odd et son équipe, les ennuis ne font que commencer. Contraints de plonger dans les entrailles d’une ville corrompue et en proie aux guerres des gangs, les quatre nettoyeurs ont intérêt à se serrer les coudes s’ils veulent survivre à la tempête qui s’annonce. Car, quand la Fayrie est impliquée, mieux vaut ne pas trop traîner dans l’oeil du cyclone ! Poursuivre la lecture

13 Sep

Les Cités des Anciens – Tome 8 (Robin Hobb)

A Kelsingra, après la découverte du puits d’argent, source de la magie des Anciens, le capitaine Leftrin et ses compagnons tentent d’évacuer les débris qui bouchent le conduit d’accès à la précieuse substance. Ils veulent ainsi permettre aux dragons et aux Anciens de retrouver leur magie et surtout, sauver le petit Phron, l’enfant de Malta et de Reyn.

Détails techniques :

Editions Pygmalion
Prix : 21,90 € au grand format, 14,99 € format Kindle, 10 € chez France/Belgique Loisirs (y’a pas photo).
Pages : 311 (trop peu…)
Dernier tome de la série (snif !) Poursuivre la lecture

2 Sep

Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)

«Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…»

Détails techniques :

Prix : dépend du format, je l’ai acquis au format poche (Folio SF) pour 13,30 €
Page : 979 (format poche)
Pas difficile à dénicher, ce titre couronné du prix du « Premier Roman » de la région Rhône-Alpes ainsi que du prix Imagines du meilleur roman français de Fantasy.
Rien que ça.

Benvenuto Gesufal est un mercenaire assassin. Il ne s’en cache pas. Un contrat particulier le lie au Podestat Ducatore, l’une des plus grandes figures politique de Ciudalia. Car la guerre a beau avoir été gagnée, il faut désormais assurer ses prises et organiser la paix.
Ce contrat va malmener notre sale type à bien des égards. Benvenuto a beau être un rustre sans beaucoup de manières, c’est aussi un être très intelligent à l’humour piquant d’ironie. Un personnage vraiment très intéressant, que l’on suit depuis cette victoire triomphale jusqu’au bout de « l’après guerre ».

C’est la première fois que je lis de la Fantasy dont l’environnement sonne très « Italie sous l’empire romain ». Les noms ont une consonance latine qui peut déstabiliser, au début. Mais on s’y fait. Sous ce titre se cache une série de vendetta qui rappelle fortement les agissements de la mafia comme elle aurait pu l’être à l’époque médiévale… la magie en plus. Car bien qu’en retrait, une certaine forme de magie suivra notre « héros » tout au long de son parcourt.

Jean-Philippe Jaworski possède un vocabulaire très riche. J’aurai appris quelques mots grâce à lui. Toutefois, bien que soutenue, son écriture reste accessible et une fois entré dans l’histoire, il est très difficile d’en sortir. On a presque peur de subir le châtiment des trois traits si on osait refermer le livre trop vite.

DSCF1727Je ne sais que dire devant un si bel ouvrage. Il mérite amplement ses titres et je ne peux que vous conseiller de vous le procurer. Lorsque je l’ai acquis auprès de l’auteur lui-même, aux Imaginales 2014, il me l’a fortement déconseillé : « Vous allez être déçue par toute la mauvaiseté, la traîtrise et les coups bas que ce livre renferme. Quoi, vous le prenez quand même ? Vous êtes sûre ? Tant pis pour vous… »
Il est vendeur, n’est-ce pas ? 😀

Qu’importe, je suis ravie de mon acquisition. Du suspense du début jusqu’au dernier mot. Un dernier mot qui me laisse un sourire sur le visage depuis déjà une demi-heure. M’est avis que ce livre me restera en mémoire pour un bon bout de temps !

Lire aussi d’autres avis :

Gromovar
Cédric Jeanneret
Le Traqueur Stellaire
Effele
Julien le Naufrageur

Pavé 2014 moyMleChroniqué dans le cadre du challenge « Pavé de l’été 2014 » de Brize.

9 Août

Le Trône de Fer – Intégrale 4 (GRR Martin)

 Spitch personnel :

Les Lannister, bien que désormais amputés de plusieurs membres, sont plus que jamais cramponnés au Trône de Fer. Mais c’est sans compter la naissance d’autres Roi et Reines à travers le monde. Les pions se déplacent, se transforment en vue de progressions inattendues. Les chemins sont ardus pour chacun, d’autant plus que l’hivers vient.

Détails techniques :

17,50 € au format poche
894 pages (au format poche)
Editions J’ai Lu (pour le format poche)

Difficile d’aborder ce livre sans faire de spoiler, mais je vais tenter le coup… en commençant par les dernières pages :
GRR Martin s’adresse à nous, lecteurs impatients, nous révélant qu’une partie des personnages principaux n’ont eu droit à aucun chapitre dans l’intégrale 4 mais seront bien présents dans l’intégrale 5, qui se déroule en parallèle.
Nous suivons ainsi majoritairement des personnages féminins : Cersei, Brienne, Arya, Alayne, Asha, Sansa, Arianne. Jaime et Samwell sont là aussi et de temps en temps, de »nouveaux » personnages font leur apparition.

Bien que cet intégrale 4 soit moins palpitante que la précédente, la fin laisse deviner quelques passages jubilatoires. Le temps des changements est venu et ce, pour chaque personnage.
S’il y a déjà beaucoup de Rois en lice pour le Trône de Fer, les Reines ne sont pas en reste et elles aussi, jouent au jeu du Trône. On découvre ici de fortes personnalités, comme Arianne de Dorne. Mais un caractère bien trempé suffit-il à déjouer le destin ?

Si je me suis ennuyée sur certains chapitres, j’avoue qu’avec un peu de recul, les pièces commencent à s’assembler pour former une oeuvre qu’il me tarde de contempler dans son ensemble.

Vivement la suite.

 

Chronique dans le cadre du challenge « Pavé de l’été » de Brize.

26 Juin

Mordred (Justine Niogret)

Oyez la sinistre et triste histoire de Mordred, le chevalier renégat.

La légende veut que Mordred, fruit des amours incestueuses d’Arthur et de sa sœur Morgause, soit un traître, un fou, un assassin. Mais ce que l’on appelle trahison ne serait-il pas un sacrifice ?

Alité après une terrible blessure reçue lors d’une joute, Mordred rêve nuit après nuit pour échapper à la douleur. Il rêve de la douceur de son enfance enfuie, du fracas de ses premiers combats, de sa solitude au sein des chevaliers. Et de ses nombreuses heures passées auprès d’Arthur, du difficile apprentissage de son métier des armes et de l’amour filial. Jusqu’à ce que le guérisseur parvienne à le soigner de ses maux, et qu’il puisse enfin accomplir son destin. Poursuivre la lecture

3 Mai

Blood Song – tome 1 (Anthony Ryan)

Blood Song nous livre le récit d’un guerrier qui aurait dû succéder à son père, la Main du Roi. Or, promis à un autre destin, Vaelin Al Sorna connaîtra dès l’enfance la vie rude d’un combattant de la Foi, lui qui n’a désormais d’autre famille que l’Ordre qui l’a recueilli dans ses rangs. Il y a un prix à payer pour tout, apprend Vaelin : pour sortir vainqueur des épreuves successives qu’on lui impose, à lui et à ses frères d’armes. Pour être mêlé aux secrètes luttes de pouvoir, et aux desseins cachés des souverains qui créent les royaumes d’une main pour mieux les détruire de l’autre. Pour devenir l’espoir flamboyant de toute une génération, et survivre au versant sombre de l’honneur.

Editions Bragelonne
Sortie le 18 juin 2014
Prix grand format : 23 €
Environs 660 pages
Fantasy

J’ai reçu avec grand plaisir les épreuves non corrigées (et ça se voit) de Blood Song grâce à Babelio et son mass critique « privé ». Ce fut une belle découverte !

Blood Song est le premier roman d’Anthony Ryan. Ce n’est ici que le premier tome mais je n’ai aucune idée du nombre de volumes qui sont prévus au total. Quoi qu’il en soit, pour un premier roman, Anthony Ryan se débrouille vraiment très très bien. Une plume à suivre…

Le Royaume Unifié est composé de quatre fiefs, réunis depuis peu par le Roi Janus et par la Foi, représentée par six Ordres. Chaque Ordre a ainsi une fonction bien précise au sein de la Foi comme du royaume. Mais celui qui nous intéresse ici est le sixième : celui des combattants de la Foi. Celui où Vaelin grandira et apprendra les préceptes du combat, de la survie et de la Foi dans des conditions presque inhumaines.

Ce passage, assez long (mais nécessaire), m’a beaucoup fait penser à l’Assassin Royal de Robin Hobb. Il n’y a part d’Art ou de Vif, mais la Ténèbre. Une magie impie, presque une légende. Presque.
Un apprentissage difficile, des personnages émotionnellement torturés. Des assassinats mystérieux.

Puis notre petit Vaelin grandit, et découvre les souverains complots. Le petit stratégo des personnes de pouvoir va le mêler à d’horribles actes tandis qu’en lui chante une certaine « voix du sang », de plus en plus puissante, de plus en plus pressente. Des choix devront être faits entre l’honneur, l’amour, le devoir et la Foi.


J’ai trouvé étrange que le quart de couverture compare ce livre à Gemmell et G.R.R. Martin, mais pas à Robin Hobb. Blood Song, bien qu’il contiennent des scènes difficiles et un tas d’intrigues politiques, n’est pas aussi cru ni développé que le Trône de Fer. Et bien qu’il soit très comparable à l’Assassin Royal, les personnages ne sont pas aussi approfondit émotionnellement que ceux de Robin Hobb.
C’est une sombre histoire qui sinue (pour moi) entre ces deux auteurs. Ni meilleur ni moins bon, Anthony Ryan est vraiment un nom à retenir dans le milieu de la Fantasy.

Toutefois, si Blood Song est considéré par Bragelonne comme « révélation Fantasy 2014 », pour ma part je n’irai pas jusque là.
C’est du bon. Du très bon. Avec une fin percutante qui donne envie de lire la suite. Mais ce n’est pas non plus aussi exceptionnel que présenté.

12 Avr

Par delà le comté d’Arkham (Julia S.)

Par delà Le comté d'Arkham, une nouvelle de fantasy érotiqueLe temps est venu pour Maelys, jeune enchanteuse, de faire une démonstration de ses talents pour intégrer la Confrérie.
Elle devra pour cela voyager dans des terres inhospitalières, par delà le comté d’Arkham, où vit le terrible magicien noir.
Mais les tentations sont nombreuses pour une adolescente à la sensualité débridée, et le risque de s’égarer en chemin est grand…


Caractéristiques de la chose :

Nouvelle
Fantasy érotique (soft)
61 pages (au format numérique)
Éditions Lune Écarlate
Achetez la nouvelle par ici (1,49€)

Poursuivre la lecture

10 Avr

Les cités des anciens – tome 7 (Robin Hobb)

Quart de couverture :

Les dragons et leurs gardiens dévoués ont enfin trouvé la cité perdue de Kelsingra. Les créatures magiques ont appris à utiliser leurs ailes et rentrent dans leur héritage, tandis que les humains changent eux aussi. Leurs liens avec leurs dragons s’approfondissant, Thymara, Tatou, Kanaï et même Sédric, le plus improbable des gardiens, commencent à se transformer en magnifiques Anciens, dotés de traits exquis qui reflètent les dragons qu’ils servent.

Mais si les humains ont exploré les rues désertes et les immenses édifices de Kelsingra, ils n’ont pas découvert les légendaires puits d’argent dont les dragons ont besoin pour leur santé et leur existence. Des ennemis approchent, et les gardiens vont devoir s’immerger dans les souvenirs d’Anciens disparus depuis des éternités, au risque d’en devenir dépendants, pour y puiser les indices nécessaires à leur survie.

Si le tome précédent des Cités des Anciens m’avait un peu déçue, celui-ci est à nouveau à la hauteur de mes attentes. Poursuivre la lecture