22 Sep

Black-Out (Marc Elsberg)

Résultat de recherche d'images pour "black-out marc elsberg" Quart de couverture de « Black-Out : Demain il sera trop tard »:

Par une froide soirée d’hiver, le réseau électrique européen commence à lâcher. De nombreux pays s’enfoncent dans l’obscurité et plusieurs centrales nucléaires mettent en danger la vie de millions d’êtres humains. Menace terroriste ou défaillance technique ? Piero Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable. Avec l’aide d’un policier français d’Europol, François Bollard, Manzano s’engage dans une véritable course contre la montre face à un adversaire aussi rusé qu’invisible.

 

 

 

 

Détails techniques :

Editions Piranha
Science-Fiction / Thriller
Sorti le 5 mai 2015 en VF
480 pages au grand format
Grand format : 22,90 € ; Format poche : 8,10 € ; Format électronique : 9,99 € (cherchez l’erreur)

Mon avis :

Le sujet m’intéressait. On nous parle de « blackout » en Belgique depuis deux ou trois ans : à savoir que nous risquons, en hivers, d’avoir des blackout « ciblés » par zones dû au manque d’électricité comparé à la trop forte demande par temps froid. Il existe des cartes de ces zones avec les priorités et tout un plan d’action pour ces blackout de quelques heures, que l’on peut trouver sur le net. Cela n’a évidemment jamais été appliqué, et les médias ont joué un grand rôle dans la peur chronique/maladive que certains citoyens ont développée. Les gens se sont rués sur les lampes de poches, les moyens de chauffage alternatifs voire même les accumulateurs d’énergie et autres générateurs… tout ça pour rien. Et au pire, si ça devait arriver, ce ne serait que pour quelques heures.

Bref, le sujet m’intéressait. Car ici, on parle d’une apocalypse énergétique. Apocalypse, oui. Imaginez notre monde actuel, notre civilisation basée sur la communication et le transport, sur le pétrole et… l’énergie. Plus d’électricité ? Plus de chauffage, de frigo, de lumière pour les habitants. Mais si la panne se prolonge, les pompes à eau ne fonctionnent plus non plus et vous vous retrouvez également sans eau, sans douche, sans wc… très vite, l’approvisionnement en carburant se raréfie et c’est aussi la panne des transports en tous genres. Les magasins ferment, vos placards sont vides, les camions d’approvisionnement en cas de crise sont la cible de groupes acharnés, affamés, prêts à tout pour survivre. Au bout d’une semaine, sans fuel pour leurs générateurs, les hôpitaux et autres grosses infrastructures sont obligées de fermer à leur tour. Alors oui, c’est bien une forme d’apocalypse.

A ce côté « fin du monde civilisé », un peu à la walking dead mais sans zombie, s’ajoute la dimension thriller. D’où vient cette panne ? Est-ce réellement technique ou quelqu’un a-t-il hacké les « compteurs intelligents », comme le soupçonne Piero Manzano ? Les grandes instances européennes enquêtes tandis que Piero, finalement soupçonné d’avoir orchestré lui-même tout ce joli bordel, s’engage dans un European Roadtrip afin de trouver le réel coupable.

Il y a toute une partie assez technique qui m’est apparue plutôt imperméable. Même si l’auteur a tenté de le rendre compréhensible au commun des mortels, cet aspect des choses ne m’intéressant que très peu, je n’ai même pas tenté de le comprendre ou de le retenir. L’aspect catastrophe et thriller m’intéressaient bien plus. Le récit est bien rythmé et peut facilement happer le lecteur… mais je n’ai pas été aussi enthousiaste à la lecture de ce roman que je ne l’espérais. Blackout est pourtant un chouette bouquin qui se laisse lire et qui ravira la plupart des lecteurs, mais je ne pense pas en garder un souvenir impérissable.

Un second tome vient de sortir : Zéro.

Dans la blogosphère :

Cornwall,

Laisser un commentaire