18 Juin

Amazon : est-ce bien ou mal ?

Tout le monde connait Amazon, le géant de la vente en ligne. Rares sont ceux, de nos jours, à n’avoir jamais rien acheté sur ce site (parmi les partisans des achats sur Internet, évidemment). Mais Amazon, qui propose tant de divers produits à petit prix et bien souvent sans frais de livraison, est-ce vraiment si « bien » que ça ?

L’idée du sujet du jour m’est venue en lisant l’article de « Sud-Ouest » (que je ne connaissais pas), partagé par un ami Facebookien : « Témoignage : chez Amazon, une armée de forçats tenus au silence ».

Aïe. Le titre donne le ton : Amazon, c’est le mal.
Les petites librairies disparaissent au profit du tout grand et tout puissant Amazon, l’empire eCommercial qui utilise ses employés comme des esclaves en leur donnant le strict minimum en terme de droits. Et qui en plus leur fait signer une clause de confidentialité parfaitement illégale.

Oui, tout cela est vrai. Oui, c’est mal. Très mal. Je ne le cautionne pas. Je n’aime pas cette mentalité d’entreprise. D’ailleurs, tout en lisant l’article susmentionné, je me disait « Tout ce que ce type raconte est vrai ! Amazon est en train de tuer les autres chaînes de distribution, petit à petit, et pas au profit d’une meilleure qualité de vie pour les gens que cette société emploie ! ».

Et puis… avec un peu de recul… je m’aperçois que cet article n’est qu’une interview d’un journaliste, Jean-Baptiste Malet, qui a écrit un livre dont l’unique but est de descendre Amazon. Certes, ce qu’Amazon est et fait, ce n’est pas tout rose. Mais il ne faut pas tout mettre sur son dos non plus…

Amazon, finalement, c’est la même histoire que Carrefour (pour en citer un que tout le monde connait) et les épiceries de quartier. Les petites boutiques de quartier ont certes franchement diminué en nombre au profit des supermarchés… et du porte-feuille du client. Que celui qui ne fréquente QUE les petites boutiques me jette la première pierre.

Je ne pense pas que les librairies disparaîtront totalement de la surface de la Terre. En tous cas, pas tant que le livre papier existe. Et croyez-moi, il a encore de belles années devant lui. C’est certain qu’il y a moins de librairies aujourd’hui qu’il y a dix ans, mais déjà il y a dix ans, je n’en connaissais qu’une seule près de chez moi, et elle est toujours là. Je ne la fréquentais déjà pas il y a dix ans, et je n’y vais toujours pas plus aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’il y a plus de choix dans la (les) librairie(s) de Liège que dans celle du patelin d’à côté.

Alors finalement, que penser de cet auteur, anti-Amazon, qui vend son propre livre sur … Amazon ?!

amazon

C’est tout de même « moyen », non ?
Et que dire alors des 34 commentaires (Amazon, toujours) sur ce livre ? Ils
sont presque tous positifs… pourtant, ces mêmes personnes ont acheté ce volume et posté leur avis sur le site dont ils n’achèteront plus rien, ils le promettent.

Moui. Pas convaincue.

Alors finalement, Amazon, est-ce bien ou mal ?
Si même les convaincus qu’il s’agit d’une tyrannie diabolique continuent de fréquenter ce site web, c’est que ce n’est finalement pas si mal que ça. Ou alors ces gens ont une curiosité malsaine.

Personnellement, j’achète sur Amazon mes ebooks et seulement quelques objets lorsque je les veux absolument le plus vite possible et que je n’ai pas de moyen de locomotion ou d’horaire adéquat. C’est à dire : une à deux fois par an.

Je pense que ça restera comme ça.

8 réflexions au sujet de « Amazon : est-ce bien ou mal ? »

  1. J’ai envie de dire, que ça soit bien ou mal, que les employés soient bien payés ou pas, on (la communauté) s’en fiche. Même moi qui bosse dans une grande surface je m’en fiche. Comme les clients que j’ai toute la journée se fichent de savoir si je suis bien dans mon travail.

    Bon, comme introduction c’est quand même bien salaud. Ok, mais appelons un chat un chat! Qui va dans une grande surface faire ses courses en se disant qu’il tue l’épicier qui se trouve sous chez lui, le boucher du coin de la rue etc? J’ai envie de dire personne, même si ce n’est pas tout à fait exact. Après tout, les gens pensent à payer moins cher et gagner du temps. Ca passe par la grande surface pour les produits de tous les jours, par les sites internet pour d’autres choses. Amazon étant une sorte de four-tout, il prend une ampleur assez importante.

    Les gens étant ce qu’ils sont (égoïstes lorsque l’on prend la globalité), je pense qu’ Amazon et Cie n’ont pas de soucis à se faire quand à la suite. Ils ne vont faire que se développer. C’est mal pour les employés quand on regarder leur traitement. Mais bien aussi car ça leur fait un travail qu’ils n’auraient peu être pas avec quelques librairies posées par-ci par la.

    Pour ce qui est des épiceries, des librairies et autres petites boutiques, elles ne disparaîtront pas non plus. Il y a toujours (et heureusement) une clientèle qui préfère avoir l’avis/conseil de son libraire, de son boucher… Chose qu’on ne trouve pas dans les grandes enseignent. Il y a le côté humain que l’on ne retrouve pas non plus. Par exemple je préfère aller chercher mes fruits et légumes dans une petite boutique, je n’en achète jamais dans les supermarchés.

    Bref, je m’étale…

    Amazon, c’est mal pour certains points, mal pour d’autres. Mais tout le monde s’en sert… Moi le premier! :p

  2. Voui, il faut que je trouve un plugin pour ça. Il faut aussi revoir le design (si un designer passe par là… je lui voue une vie de servitude). Et il me faut un nouveau sujet pour un prochain billet. Des idées ? x)

  3. Y’a peu être un truc à développer sur les antihéros dans les livres et séries. J’ai l’impression que c’est à la mode d’avoir son héros avec pleins de travers.

    1. Heuuu… oui… enfin en même temps, n’importe quel héros de n’importe quelle histoire/livre/film a toujours un défaut (au moins un). Après, peut-être que maintenant ça part plus en sucette qu’avant, mais ça ne ma pas choquée. Je ne suis peut-être pas à la mode ? 😡

      1. Ou alors c’est que je m’intéresse qu’aux livres/séries ou les héros sont au moins aussi psychopathe que moi… Va savoir :p

  4. C’est quand même bien triste ce raisonnement qui est de dire « puisque c’est comme ça c’est comme ça ». C’est avec de telles pensées qu’on s’englue dans un monde avec des inégalités, des gens qui n’aiment pas leurs j’observe et qui sont mal payés pour le faire mais « c’est pas grave parce qu’au moins ils ont un job ».
    Il faut essayer de voir un peu plus loin les gars ! Etre un peu idéaliste sinon à quoi bon vivre pour ca ?
    Sans oublié qu’Amazone ne sous-paye pas seulement ses employés mais a aussi déplacé son siège dans je ne sais plus quel pays (pardonnez mon manque de précision j’ai la flemme de chercher) pour ne plus payer de taxes… Bref !
    À bon entendeur 🙂

    1. Hello !
      Quand je dis « Je pense que ça restera comme ça », je parlais surtout de mes propres achats. Et depuis ce billet qui date tout de même de quelques années, je n’ai en effet rien acheté d’autre que quelques ebooks (et depuis, je les prends autant que possible directement chez l’éditeur).
      Et donc, quelle est ta solution Thérésa ? Grande manif pour expulser Amazon d’Europe ? Boycott général ? Il y en a déjà des dizaines qui le font, mais des milliers qui achètent toujours. So, what ? Faut-il vraiment devenir dépressif à force d’y penser et de ne rien pouvoir y faire ?

Laisser un commentaire